Syrie: 28 djihadistes tués dans des frappes de la coalition anti-EI

Fin juillet, le commandant des forces françaises au... (AFP)

Agrandir

Fin juillet, le commandant des forces françaises au sein de la coalition internationale, le général François Parisot, avait assuré que les djihadistes ne contrôlaient plus qu'une bande de territoire.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse

Au moins 28 djihadistes du groupe État islamique (EI) ont péri lundi dans leur ultime bastion de l'est de la Syrie, cible d'une offensive menée par une alliance arabo-kurde soutenue par les raids de la coalition internationale, selon une ONG.

Les combattants kurdes et arabes des Forces démocratiques syriennes (FDS), appuyés par la coalition emmenée par Washington, mènent toujours une offensive pour chasser l'EI de son dernier réduit dans la province de Deir Ezzor, à la frontière avec l'Irak.

«Au moins 28 djihadistes de l'EI ont été tués dans des frappes aériennes et des tirs d'artillerie ciblant la région de Bir al-Meleh, dans l'est de la province de Deir Ezzor», a annoncé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Les frappes se poursuivent à l'heure actuelle et le bilan pourrait encore s'alourdir», a précisé à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

L'EI est désormais acculé dans «une petite poche», a indiqué M. Abdel Rahmane.

Fin juillet, le commandant des forces françaises au sein de la coalition internationale, le général François Parisot, avait assuré que les djihadistes ne contrôlaient plus qu'une bande de territoire entre les villes de Hajine et Boukamal, près de la frontière irakienne, évaluant le nombre de combattants de l'EI à «quelques centaines».

Il avait toutefois averti que les combats contre les derniers djihadistes à Deir Ezzor devaient encore durer «au moins deux ou trois mois».

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la proclamation d'un «califat» à cheval sur des régions conquises en Irak et en Syrie, l'EI est désormais acculé dans de derniers réduits désertiques notamment du centre et de l'est de la Syrie, où il ne contrôle plus que moins de 3% du territoire, selon l'OSDH.

En dépit des revers essuyés, l'EI continue de frapper fort en Syrie. Le 25 juillet, des attaques coordonnées dans la province méridionale de Soueida ont fait plus de 250 morts civils, l'un des bilans les plus lourds depuis le début du conflit en 2011.

La guerre en Syrie a déjà fait plus de 350 000 morts et jeté à la rue plusieurs millions de personnes.




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer