Syrie: les forces prorégime chassent l'EI de la ville clé de Boukamal

Des maisons détruites à Boukamal.... (Photo archives Associated Press)

Agrandir

Des maisons détruites à Boukamal.

Photo archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Beyrouth

Les forces du régime syrien ont réussi lundi à chasser le groupe État islamique (EI) de la ville clé de Boukamal, à la frontière avec l'Irak, que les djihadistes occupaient partiellement depuis vendredi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

L'EI avait repris vendredi une partie de cette cité de l'est du pays en lançant dix attaques suicide meurtrières, ayant fait au moins 25 morts parmi les combattants loyaux au président Bachar al-Assad, avant de reculer samedi vers le nord et le nord-ouest de la ville.

«Les forces du régime et leurs alliés ont repris lundi le contrôle total de Boukamal après avoir chassé l'EI» des dernières positions dans lesquelles il s'était retranché, a indiqué à l'AFP le directeur de l'OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Les djihadistes se sont retirés vers le désert de Boukamal, selon l'Observatoire.

L'EI avait perdu en novembre 2017 Boukamal, le dernier centre urbain qu'il contrôlait dans le pays en guerre, après de multiples défaites infligées par le régime et ses alliés d'une part et les Forces démocratiques syriennes (FDS) soutenues par les États-Unis de l'autre.

Le groupe, qui a essuyé de nombreux revers en deux ans aussi bien en Irak qu'en Syrie, contrôle désormais moins de 3 % du territoire syrien d'après l'OSDH. Ces poches sont notamment situées dans le désert qui s'étend de l'est de Damas à la frontière irakienne.

Mais les djihadistes multiplient les attaques contre les forces prorégime depuis leur éviction le 21 mai de leur dernier bastion dans la capitale Damas.

Ces attaques djihadistes ont coûté la vie à 246 combattants prorégime en trois semaines, dont 48 ont été tués au cours des 72 dernières heures, selon l'OSDH.

La guerre en Syrie a débuté en mars 2011 après la répression sanglante par le régime de manifestations en faveur de réformes démocratiques. Elle s'est ensuite complexifiée avec l'implication de groupes djihadistes et de puissances ou milices étrangères.

Elle a fait 350 000 morts. Plus de 920 000 personnes ont été déplacées au cours des quatre premiers mois de l'année, un chiffre record depuis le début du conflit, a annoncé l'ONU lundi.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer