Le Liban se félicite de la «victoire» contre l'EI

La guerre qui ravage la Syrie voisine a... (AFP)

Agrandir

La guerre qui ravage la Syrie voisine a débordé sur le Liban, où l'EI a revendiqué plusieurs attaques meurtrières, combattu l'armée et le mouvement chiite Hezbollah et pris pied en 2014 dans les régions montagneuses de l'est.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse

Le président libanais et le chef de l'armée se sont félicités mercredi de la «victoire» remportée contre le groupe État islamique (EI), tout juste chassé des deux côtés de la frontière avec la Syrie.

Après une semaine de combats, cette éviction a été rendue possible à la suite d'un accord controversé stipulant l'évacuation des djihadistes du secteur frontalier vers leur fief de Deir Ezzor, dans l'est de la Syrie et à la frontière avec l'Irak.

«Nous annonçons la victoire du Liban contre le terrorisme et je dédie cette victoire à tous les Libanais qui peuvent être fiers de leur armée», a annoncé le président Michel Aoun lors d'un point de presse au palais présidentiel à Baabda, à l'est de Beyrouth.

«Les opérations militaires sont terminées (...) l'armée a remporté la victoire», a indiqué de son côté le chef de l'armée Joseph Aoun.

Lundi, le Hezbollah chiite libanais, qui combattait l'EI du côté syrien de la frontière dans une offensive séparée, avait déjà annoncé que quelques centaines de djihadistes avaient été évacués des deux côtés.

Ces djihadistes sont partis à bord de bus vers Deir Ezzor (est), seule province syrienne encore sous contrôle de l'EI.

Mais près de 48 heures après leur départ, leurs bus étaient encore bloqués aux portes de cette province, rapporte mercredi l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), sans préciser la cause de ce retard. Des sources syriennes interrogées par l'AFP se sont refusées à tout commentaire.

L'accord a provoqué la colère des Irakiens, le premier ministre Haider al-Abadi se disant «très inquiet» de la présence «inacceptable» de djihadistes à sa frontière.

L'accord est également très controversé au Liban, où beaucoup ont exprimé leur indignation de voir les djihadistes de l'EI partir à bord de «bus climatisés» alors qu'ils sont soupçonnés d'avoir exécuté huit soldats libanais kidnappés par l'organisation en 2014.

Les restes présumés de ces soldats ont été retrouvés le weekend dernier dans la zone de combats entre l'armée et l'EI.

«J'ai entendu beaucoup demander «pourquoi l'armée n'a pas continué la bataille» (...) mais j'avais des responsabilités à assumer», a affirmé le chef de l'armée libanaise. Il se référait à l'un des objectifs de la bataille, qui était justement de retrouver les restes des soldats.

La guerre qui ravage la Syrie voisine a débordé sur le Liban, où l'EI a revendiqué plusieurs attaques meurtrières, combattu l'armée et le mouvement chiite Hezbollah et pris pied en 2014 dans les régions montagneuses de l'est.

Son éviction du Liban est une des dernière défaites en date de l'organisation djihadiste, auteur de plusieurs attentats en Europe.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer