L'armée russe affirme avoir tué le chef de l'EI

Aussi puissant que discret et déjà donné pour... (Photo AL-FURQAN MEDIA, archives AFP)

Agrandir

Aussi puissant que discret et déjà donné pour mort dans le passé par les Américains, Abou Bakr al-Baghdadi a fait de l'État islamique une organisation redoutée et responsable de multiples attentats sanglants à travers le monde.

Photo AL-FURQAN MEDIA, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Maxime POPOV, Rouba EL HUSSEINI
Agence France-Presse
Moscou et Beyrouth

L'armée russe a déclaré vendredi avoir vraisemblablement tué en Syrie le chef du groupe État islamique (EI), Abou Bakr al-Baghdadi, lors de bombardements fin mai par son aviation visant une réunion de hauts dirigeants de l'organisation djihadiste près de Raqa.

Un porte-parole de la coalition internationale menée par les États-Unis, le colonel Ryan Dillon, a indiqué ne pas être en mesure de confirmer pour le moment la mort du chef de l'EI.

Aussi puissant que discret et déjà donné pour mort dans le passé par les Américains, al-Baghdadi a fait de l'État islamique une organisation redoutée et responsable de multiples attentats sanglants à travers le monde. Il n'a plus donné signe de vie depuis un enregistrement audio diffusé en novembre 2016.

L'annonce de Moscou intervient alors que l'organisation djihadiste est en passe d'être chassée de Mossoul, son principal fief en Irak, et que l'étau se resserre autour de sa «capitale», la ville de Raqa en Syrie.

Des avions russes ont visé une réunion dans la banlieue sud de Raqa à laquelle «se trouvait le dirigeant de l'État islamique Abou Bakr al-Baghdadi», qui aurait été éliminé dans le bombardement, a indiqué le ministère russe de la Défense, précisant que les Américains avaient été prévenus de l'opération.

«La vérification des informations a permis d'établir que le but de cette rencontre était l'organisation de convois de sortie pour les combattants de Raqa via le «corridor sud»», indique l'armée russe.

Après un vol de reconnaissance d'un drone, des avions Su-34 et Su-35 ont effectué des frappes le 28 mai entre 0h35 et 0h45 heure de Moscou (soit le 27 mai entre 17h35 et 17h45 heure du Québec).

L'armée russe a d'abord affirmé avoir tué une «trentaine de chefs de guerre et jusqu'à 300 combattants» et plusieurs «hauts dirigeants» de l'EI, parmi lequel Souleimane al-Chawakh, le «chef de la sécurité» d'al-Baghdadi.

Ce bilan a ensuite été revu à la baisse par le ministre de la Défense Sergueï Choïgou, qui a informé le président Vladimir Poutine «de l'élimination de plus de cent terroristes» lors de cette frappe, selon le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov.

Parmi eux se trouvaient «des dirigeants de l'EI et supposément al-Baghdadi», a-t-il ajouté, cité par l'agence de presse RIA Novosti.

Le Pentagone a annoncé vendredi dans un communiqué que les forces de la coalition avait mené 35 frappes contre l'EI, dont 20 près de Raqqa ayant entre autres détruit «deux quartiers généraux de l'EI».

Déjà donné pour mort

L'annonce de l'armée russe intervient alors que l'étau se resserre sur les combattants de l'EI à Raqa, où ont lancé une offensive les forces démocratiques syriennes, une alliance arabo-kurde antijihadiste soutenue par les États-Unis.

Les combats s'y poursuivent sur les fronts nord, ouest et est de la ville, mais l'avance des forces antijihadistes a été freinée ces derniers jours par des contre-offensives de l'EI.

L'armée syrienne est également entrée dans la région de Raqa le 6 juin, gagnant depuis du terrain face aux jihadistes dans l'ouest et le sud-ouest, soutenue par d'intenses bombardements russes.

L'armée russe avait déjà annoncé avoir frappé les 25, 29 et 30 mai des unités de l'EI tentant de fuir la ville par le Sud en direction de la cité antique de Palmyre, sous contrôle des forces du gouvernement syrien.

La coalition internationale anti-jihadistes avait promis en mars lors d'une réunion d'éradiquer la «menace planétaire» du groupe État islamique et de son chef Abou Bakr al-Baghdadi.

Le Secrétaire d'État américain Rex Tillerson avait alors prédit la «mort» prochaine d'al-Baghdadi, assurant que ce n'était «qu'une question de temps».

Abou Bakr al-Baghdadi a fait sa seule apparition publique connue en juillet 2014 à Mossoul en Irak. En turban et habit noirs, barbe grisonnante, il avait proclamé le «califat» sur les vastes territoires conquis par l'EI.

De son vrai nom Ibrahim Awad al-Badri, le chef de l'EI serait né en 1971 dans une famille pauvre de la région de Bagdad. Passionné de football, il a échoué à devenir avocat puis militaire avant d'étudier la théologie.

C'est lors de l'invasion américaine de l'Irak en 2003 qu'il créé un groupuscule djihadiste sans grand rayonnement avant d'être arrêté et emprisonné dans la gigantesque prison de Bucca.

Libéré faute de preuves, il rejoint un groupe de guérilla sunnite sous tutelle d'Al-Qaïda et en prend la tête quelques années plus tard. Profitant du chaos de la guerre civile, ses combattants s'installent en Syrie en 2013 avant une offensive fulgurante en Irak.

Le groupe, rebaptisé État islamique, supplante Al-Qaïda, et ses succès militaires initiaux et sa propagande soigneusement réalisée attirent des milliers de partisans du monde entier.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer