Syrie: la force anti-EI s'empare d'un premier quartier dans l'ouest de Raqqa

Des militaires des Forces démocratiques syriennes (FDS).... (PHOTO DELIL SOULEIMAN, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des militaires des Forces démocratiques syriennes (FDS).

PHOTO DELIL SOULEIMAN, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Maya GEBEILY
Agence France-Presse
Beyrouth

La force kurdo-arabe soutenue par les États-Unis a annoncé dimanche avoir pris un premier quartier dans l'ouest de Raqqa, fief du groupe État islamique (EI) en Syrie, et tentait de s'emparer d'une importante base militaire au nord de la ville.

Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes, ont pénétré pour la première fois cette semaine dans Raqqa, après sept mois de combats qui leur ont permis d'encercler cette ville du nord du pays.

Dimanche, elles ont annoncé avoir pris leur premier quartier dans l'ouest de cette cité qui avait été conquise par les djihadistes en 2014.

«Colère de l'Euphrate (nom donné à l'opération des FDS) a libéré le quartier d'Al-Roumaniya après deux jours de combats», ont indiqué les FDS dans un communiqué.

Ces forces anti-EI contrôlent désormais deux quartiers de Raqqa, Al-Roumaniya au nord-ouest et Mechleb dans l'est, mais elles peinent à avancer vers la ville par le front nord où les djihadistes ont concentré leurs forces. Les FDS ont également pris une partie du quartier d'Al-Sabahiya, également à l'ouest.

Elles cherchent maintenant à prendre le contrôle d'une base militaire dite «de la division 17» et d'une usine de sucre adjacente, utilisées par les combattants de l'EI pour défendre l'accès nord de Raqqa.

La base de la «division 17» est une ancienne caserne de l'armée syrienne prise par l'EI fin juillet 2014. Au moins 85 soldats avaient été tués au combat ou exécutés sommairement peu après.

Dimanche, les FDS ont mené une nouvelle attaque sur cette position militaire avec l'appui des raids de la coalition internationale antidjihadistes menée par les États-Unis, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Des explosions ont été entendues durant la nuit du fait des échanges de tirs entre les protagonistes», a indiqué l'observatoire basé au Royaume-Uni et qui dispose d'un vaste réseau de sources dans la Syrie en guerre.

Selon son directeur, Rami Abdel Rahmane, l'EI a «grandement fortifié» cette base en prévision de l'assaut.

Raqqa est devenue le symbole des atrocités des djihadistes en Syrie -- exécutions sommaires, lapidations, etc..-- ainsi qu'une base pour la planification d'attentats sanglants commis à l'étranger.

Victimes civiles

Les FDS ont lancé en novembre dernier une vaste opération baptisée «Colère de l'Euphrate» pour chasser l'EI de Raqqa.

Depuis qu'elles ont pris le contrôle du quartier oriental de Mechleb mercredi, les FDS l'utilisent comme point de départ pour de nouvelles opérations, selon l'OSDH.

Leurs combattants ont avancé sur une route principale menant de Mechleb au centre-ville, a indiqué M. Abdel Rahmane.

Mechleb est un quartier résidentiel. La majorité de la ville est constituée d'habitats informels, construits de manière expéditive à partir des années 1970 pour faire face à l'afflux des populations en raison d'un exode rural massif.

Raqqa comptait 300 000 habitants sous le règne de l'EI, dont 80 000 déplacés venus d'autres parties de la Syrie. Des milliers de personnes ont fui ces derniers mois et l'ONU estime que 160 000 personnes y vivent toujours.

Le nombre de victimes civiles dans la ville est en augmentation ces dernières semaines.

En appui à l'offensive des FDS, les avions de la coalition internationale ont ainsi mené des raids sur Raqqa tout au long de la journée de samedi, tuant au moins 24 civils, selon l'OSDH.

Selon M. Abdel Rahmane, 58 civils ont été tués au total depuis le début de l'assaut sur la ville le 6 juin.

La coalition menée par les États-Unis fournit un appui aérien aux FDS, et les assiste au sol avec des armes et des conseillers militaires.

Cette alliance internationale, qui compte 68 États, a commencé à bombarder les positions de l'EI en Irak en août 2014, puis a étendu ses opérations à la Syrie le mois suivant.

Outre Raqqa, la coalition mène des raids aériens sur la ville de Mayadine dans l'est de la Syrie, également tenue par l'EI, selon l'OSDH.

«Plusieurs chefs de seconde importance de l'EI ont fui vers Mayadine lorsque l'offensive sur Raqqa a commencé il y a quelques mois», a rapporté M. Abdel Rahmane.

La bataille de Raqqa constitue l'un des principaux fronts de la guerre aux multiples belligérants en Syrie qui a fait plus de 320 000 morts depuis mars 2011. Le conflit avait éclaté après la répression dans le sang par le régime de manifestations demandant des réformes démocratiques au président Bachar al-Assad qui a succédé à son père Hafez.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer