Les soldats irakiens à l'assaut de l'EI retranché dans l'ouest de Mossoul

Des milliers d'hommes sont impliqués dans les opérations,... (Photo Zohra Bensemra, REUTERS)

Agrandir

Des milliers d'hommes sont impliqués dans les opérations, qui ont commencé par la reprise dimanche de cinq localités proches de l'aéroport situé au sud de la deuxième ville du pays.

Photo Zohra Bensemra, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Marisol RIFAI e Jean Marc MOJON
Agence France-Presse
Al-Bousseif et Bagdad

Des milliers de soldats et policiers irakiens ont lancé dimanche l'assaut pour chasser les jihadistes de l'ouest de Mossoul, les organisations humanitaires s'inquiétant du sort des 750 000 civils pris au piège d'une bataille qui s'annonce longue et dure.

L'offensive déclenchée à l'aube à partir de plusieurs directions a permis la reprise rapide d'une dizaine de villages au sud de la deuxième ville d'Irak, sur le chemin menant vers l'aéroport de Mossoul, l'un des principaux objectifs des troupes gouvernementales.

Conquise en juin 2014 par le groupe djihadiste État islamique (EI), Mossoul est le dernier grand fief de cette organisation extrémiste en Irak. C'est à Mossoul que le chef de l'EI Abou Bakr Al-Baghdadi avait fait son unique apparition publique.

Près de la ligne de front, sur les collines arides d'Al-Bousseif, à 5 km à vol d'oiseau de l'aéroport, d'intenses bombardements terrestres et aériens étaient visibles ou entendus, a constaté une journaliste de l'AFP.

Le ciel au sud de Mossoul était couvert d'une épaisse fumée noire, alors que les convois de blindés convergeaient vers l'aéroport.

«Nous avons jusqu'à maintenant atteint tous nos objectifs. Nous nous dirigeons vers l'aéroport», a dit le général Abbas al-Joubouri, commandant de la Force d'intervention rapide (FIR), devenue incontournable dans la lutte anti-EI.

«Ils (les djihadistes) sont désespérés», affirme à l'AFP Ali, membre de la FIR, à Al-Bousseif, alors que les hélicoptères survolent le secteur. «Ils (les djihadistes) vont essayer de causer le plus de pertes possible, car ils savent qu'ils vont mourir de toute façon», dit son camarade Alaa.

C'est lors d'une brève intervention télévisée que le premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé le début de l'offensive, 26 jours après la libération totale de la partie orientale de Mossoul, dans le cadre d'une opération de grande envergure lancée le 17 octobre pour chasser l'EI de l'ensemble de la ville septentrionale.

«Ninive, nous venons libérer la partie ouest de Mossoul», a proclamé M. Abadi, en parlant de la province dont Mossoul est le chef-lieu.

«Protégez les enfants»

Les forces irakiennes, formées de soldats, de policiers et de milices loyalistes, sont appuyées dans les airs par l'aviation de la coalition internationale dirigée par les États-Unis et au sol par des conseillers militaires notamment américains.

La coalition a annoncé avoir mené samedi neuf raids sur la région de Mossoul. Plus de la moitié des quelque 9000 militaires de la coalition déployés en Irak sont américains et certains étaient visibles sur le front dimanche.

Selon le secrétaire à la Défense, Jim Mattis, «la coalition intervient en soutien à cette opération», et «les forces américaines jouent le même rôle que pour l'est de Mossoul». «Nous poursuivrons l'accélération de nos efforts pour détruire l'EI».

La violence des combats qui s'annoncent inquiète cependant l'ONU, qui veut établir rapidement de nouveaux camps dans l'éventualité d'un exode, selon Lise Grande, sa coordinatrice humanitaire en Irak.

L'ONG Save The Children a appelé à «tout faire» pour «protéger» les 350 000 enfants dans l'ouest de Mossoul. «Ces enfants doivent choisir entre les bombes, les combats et la faim s'ils restent et les exécutions et les tirs de tireurs d'élite s'ils tentent de fuir».

Assiégés depuis des semaines, les quelque 750 000 habitants de l'ouest de Mossoul vivent dans des conditions difficiles: pénuries d'eau et d'électricité, manque de nourriture et hausse des prix.

Pour le Conseil norvégien pour les réfugiés (NRC), en fin de compte le succès de l'offensive se mesurera «non pas en fonction du nombre de secteurs reconquis, mais de la capacité des forces irakiennes et de la coalition à protéger les civils».

Bataille ardue

Il a fallu plus de trois mois de combats acharnés aux forces irakiennes pour venir à bout des djihadistes à Mossoul-Est.

Et la reprise de la partie occidentale plus densément peuplée et aux ruelles étroites sera plus ardue, surtout que le passage des véhicules militaires y sera difficile. De plus, les djihadistes y sont mieux implantés et sont infiltrés parmi les civils souvent utilisés comme boucliers humains.

La bataille «risque d'être plus difficile, avec des combats maison par maison, plus sanglants et à plus grande échelle», met en garde Patrick Skinner, du groupe d'analyse Soufan Group Intelligence Consultancy.

«La résistance de l'EI pourrait s'avérer plus importante dans cette zone», indique Emily Anagnostos, du centre de réflexion Institute for the Study of War.

Aucun bilan global des victimes des quatre mois d'offensive n'a été fourni, mais les pertes dans les rangs de l'EI seraient importantes, ce qui pourrait priver le groupe des ressources nécessaires pour défendre efficacement Mossoul-Ouest.

Une perte totale de Mossoul marquerait un échec cinglant pour l'EI qui a perdu beaucoup de terrain ces derniers mois en Irak et en Syrie voisine.

Le groupe djihadiste ne contrôlerait alors plus qu'une région autour de la ville irakienne de Hawija, à 180 km au sud-est de Mossoul, et de petites localités dans l'ouest irakien frontalier de la Syrie où il défend également son principal fief de Raqa face à des forces arabo-kurdes.

Mais malgré les revers, l'EI reste capable de mener des attentats particulièrement sanglants.

En chiffres

  • Au moins 11: le nombre de villages repris aux djihadistes dimanche par les forces irakiennes au sud de Mossoul.
  • 40: les frappes aériennes menées par la coalition internationale dirigée par Washington samedi sur des cibles de l'EI en Syrie et en Irak, dont neuf dans la région de Mossoul.
  • 126: le nombre de jours depuis le début de l'opération pour reprendre Mossoul, le 17 octobre.
  • 65: estimation en pourcentage du terrain perdu par l'EI en Irak depuis son expansion territoriale maximale en 2014
  • 9000: nombre minimal de militaires de la coalition internationale antidjihadistes déployées en Irak, dont 5200 Américains principalement chargés de conseiller et d'entraîner les soldats irakiens.
  • 12 093: les munitions tirées par la coalition internationale sur des cibles de l'EI depuis le début de l'opération pour reprendre Mossoul mi-octobre.
  • 142: le nombre de tunnels détruits depuis le début de cette même opération.
  • 396: le nombre de bunkers détruits.
  • 161: le nombre de véhicules piégés détruits.
  • 2: population estimée, en millions d'habitants, de Mossoul avant sa prise par l'EI en juin 2014.
  • 750 000: nombre estimé d'habitants dans la partie ouest de Mossoul, sur la rive occidentale du Tigre.
  • 217 000: le nombre de déplacés depuis le lancement des opérations militaires pour reconquérir la deuxième ville d'Irak, dont 57 000 sont déjà rentrés chez eux.
  • 2,3: en millions de litres, la quantité d'eau livrée quotidiennement par les organisations humanitaires dans la partie est de Mossoul, reconquise en janvier.
  • 878 000: nombre de personnes ayant reçu une aide humanitaire d'urgence dans la région de Mossoul depuis le déclenchement des hostilités le 17 octobre.

(Sources: ONU, coalition internationale antidjihadistes)




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer