Syrie: des rebelles soutenus par Ankara «nettoient» le fief djihadiste d'Al-Bab

Des rebelles syriens soutenus par Ankara.... (PHOTO RAFAT AHMAD, Agence France-Presse)

Agrandir

Des rebelles syriens soutenus par Ankara.

PHOTO RAFAT AHMAD, Agence France-Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Istanbul

Des rebelles syriens soutenus par Ankara sont en train de «nettoyer» Al-Bab, un fief du groupe État islamique (EI) dans le nord de la Syrie, a déclaré jeudi le ministre turc de la Défense.

«Des efforts considérables sont déployés pour nettoyer le centre-ville des éléments de Daech (acronyme arabe de l'EI)», a déclaré Fikri Isik, cité par l'agence de presse progouvernementale Anadolu. «L'Armée syrienne libre fait cela avec nos forces armées», a-t-il ajouté.

Al-Bab, dernière place forte encore aux mains de l'EI dans la province d'Alep, est la cible depuis plusieurs mois d'une offensive conjointe des forces turques et de groupes rebelles syriens.

Le premier ministre turc Binali Yildirim a affirmé cette semaine que la ville était «largement» sous contrôle des rebelles soutenus par Ankara qui y ont pénétré le week-end dernier après plusieurs mois de siège.

Cependant, l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), qui dispose d'un vaste réseau de contacts sur le terrain, assure que les forces turques ont fait peu de progrès depuis leur entrée dans la ville.

Selon l'OSDH, 24 civils y ont par ailleurs été tués au cours des dernières 24 heures dans des bombardements turcs. Ankara soutient pour sa part que seuls des «terroristes» ont été «neutralisés».

La Turquie a lancé fin août une opération militaire en soutien aux rebelles dans le nord de la Syrie pour en chasser l'EI et des milices kurdes alliées de Washington contre les djihadistes, mais considérées comme «terroristes» par Ankara.

Le ministre turc de la Défense a par ailleurs réitéré qu'après la reprise d'Al-Bab, Ankara avait pour cibles les villes de Minbej et Raqa, «capitale» autoproclamée de l'EI en Syrie.

M. Isik a annoncé que le chef d'état-major interarmées des États unis, Joe Dunford, devait rencontrer vendredi son homologue turc Hulusi Akar en Turquie pour discuter notamment d'une éventuelle opération pour reprendre Raqa.

La Turquie s'efforce de convaincre les États-Unis de ne pas s'appuyer sur les milices kurdes YPG, se disant prête à contribuer une opération terrestre.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer