L'armée irakienne fait d'importantes avancées à Mossoul

Si Mossoul est reprise par les forces gouvernementales... (photo Ari Jalal, archives REUTERS)

Agrandir

Si Mossoul est reprise par les forces gouvernementales irakiennes, le territoire sous la mainmise de l'EI ne se résumera plus qu'à des petites enclaves dans le nord et dans l'ouest de l'Irak.

photo Ari Jalal, archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Associated Press
MOSSOUL, Irak

Les forces irakiennes ont réussi à faire une série de gains territoriaux à Mossoul, samedi, après plusieurs mois marqués par une lente progression dans la bataille contre les combattants du groupe armé État islamique (EI).

Les troupes du gouvernement irakien ont repris le contrôle de la portion est d'un troisième pont de Mossoul et d'une série de bâtiments de l'Université de Mossoul, selon ce qu'a rapporté un haut officier irakien qui supervise les opérations. Des affrontements étaient toutefois toujours en cours.

Le général Taleb Cheghati al-Kenani, commandant en chef, a affirmé que la reprise totale de la partie est de Mossoul se ferait dans les 10 jours. «Nous avons accompli le plus dur (...), nous pourrions reprendre la totalité de la partie orientale dans les 10 prochains jours», a-t-il assuré.

L'EI s'était emparé de cette ville irakienne à l'été 2014, annonçant leur «califat» après avoir pris le contrôle d'une grande partie des territoires syrien et irakien.

L'accès à la banque centrale de Mossoul, à une vaste population civile taxée et à des réserves de pétroles situées à proximité a permis à l'EI de devenir le groupe terroriste disposant des plus importantes ressources.

Malgré l'offensive de l'armée irakienne pour libérer Mossoul - lancée en octobre - l'EI continuait toujours à utiliser cette ville comme centre logistique pour des rencontres de planification.

Si Mossoul est reprise par les forces gouvernementales, le territoire sous la mainmise de l'EI ne se résumera plus qu'à des petites enclaves dans le nord et dans l'ouest de l'Irak, des parcelles de territoire où l'armée parviendrait relativement rapidement à reprendre le contrôle.

Toutefois, l'EI a lancé sa plus grande offensive depuis un an, en Syrie, dans la région sous contrôle gouvernemental qui comprend la ville de Deir ez-Zor. Le groupe terroriste tente ainsi de garder une certaine mainmise à l'extrémité orientale du pays, soit près de sa capitale de facto, Raqqa.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer