Syrie: combats entre l'EI et le régime aux portes de Palmyre

Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) sont parvenus aux portes de la... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse

Les djihadistes du groupe Etat islamique (EI) sont parvenus aux portes de la ville antique de Palmyre (centre de la Syrie) d'où ils avaient été chassés près de neuf mois plus tôt, et étaient engagés vendredi dans des combats contre les troupes du régime.

Les djihadistes, qui menaient ces derniers jours une offensive près de cette ville classée au patrimoine mondial de l'Humanité par l'Unesco, «ont progressé jusqu'à atteindre les portes de la ville», a indiqué à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'Office syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«Il y a de violents combats au sol et dans le même temps l'armée de l'air du régime mène des frappes contre les combattants de l'EI», a-t-il précisé.

«Le bruit des combats est entendu jusqu'à l'intérieur de la ville et les forces armées du régime sont mobilisées», a ajouté M. Abdel Rahmane, dont l'Observatoire dispose d'un large réseau de sources civiles et militaires à travers la Syrie.

L'EI avait pris le contrôle en mai 2015 de la «perle» antique du désert syrien où le groupe djihadiste avait commis d'effroyables destructions de vestiges. Il a été chassé de la ville le 27 mars dernier par le régime avec l'aide militaire de la Russie.

D'après l'OSDH, des soldats russes sont encore postés dans la ville et dans l'aéroport de Palmyre, à l'est de la cité millénaire.

Depuis jeudi, les djihadistes se trouvaient à 4 km de la ville. «Aujourd'hui, ils ont mené une nouvelle attaque et ont progressé», selon M. Abdel Rahmane.

Selon l'Observatoire, au moins 49 membres des forces progouvernementales ont été tués par l'EI depuis jeudi au cours de cette offensive dans la province de Homs, où est située Palmyre.

Parmi eux figurent 15 soldats et combattants prorégime tués dans une embuscade de l'EI près du champ pétrolier de Mahr.

D'après Rami Abdel Rahmane, les djihadistes ont profité que l'armée soit occupée à Alep (nord), principal front du conflit en Syrie et où l'armée est en train de chasser les rebelles du secteur qu'ils contrôlent.

«Ils ont profité du fait que l'armée ait envoyé des renforts de Homs à Alep et que le monde entier soit pris par Alep», a-t-il indiqué.

Jeudi, les djihadistes avaient lancé des attaques simultanées près des champs pétroliers et gaziers de Mahr et Chaar et ailleurs dans la province de Homs, tuant 34 membres des prorégime.

Ils s'étaient emparés de barrages du gouvernement, de silos et du village de Jazal, au nord-ouest de Palmyre, selon l'OSDH.

Le régime tient la grande partie de la province de Homs mais ses troupes sont régulièrement attaquées par l'EI notamment lorsqu'elles se trouvent dans des positions isolées, y compris les champs pétroliers, difficiles à protéger.

Après plus de cinq ans et demi de conflit destructeur, la Syrie est devenue un territoire très morcelé entre une multitude de bélligérants --régime, rebelles, djihadistes, Kurdes--, soutenus par différents acteurs régions et internationaux.

La guerre, qui a fait plus de 300 00 morts et des millions de déplacés et de réfugiés depuis 2011, est devenue très complexe avec la montée en puissance de groupes djihadistes comme l'EI et la multiplication des fronts.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer