Le chef de l'EI perd le contrôle de ses troupes, selon le Pentagone

Abou Bakr al-Baghdadi... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Abou Bakr al-Baghdadi

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Washington

Le chef du groupe État islamique (EI) est en train de perdre le contrôle de ses troupes à Mossoul, en Irak, a estimé jeudi un porte-parole militaire de la coalition après la diffusion d'un message audio attribué au chef djihadiste.

Dans ce message, qui rompt avec un an de silence, Abou Bakr al-Baghdadi exhorte ses troupes à lutter jusqu'au martyr pour défendre Mossoul face à l'offensive de plus en plus pressante des forces irakiennes.

«C'est assez clairement un effort de la part de l'EI pour communiquer avec ses combattants», a déclaré le colonel américain John Dorrian, porte-parole de la coalition à Bagdad, lors d'une vidéoconférence.

«C'est probablement le signe clair que ses capacités à diriger ses combattants et à communiquer avec ceux-ci ont été sévèrement diminuées», a-t-il estimé.

Le message audio semble aussi sous-entendre qu'il y a des dissensions internes au sein de l'EI, a indiqué le porte-parole.

Le chef djihadiste demande à ses soldats de ne pas «se battre entre eux», a affirmé le porte-parole, en citant une traduction en anglais du message.

«C'est le genre de chose que dit un chef qui est en train de perdre le contrôle» de ses troupes, mais «nous ne pensons pas que cela va marcher», a-t-il dit.

Selon le porte-parole, l'EI fait aussi face à des désertions à Mossoul.

La coalition a des indications selon lesquelles «il y a des gens qui quittent leur poste ou essaient de s'échapper».

Et l'organisation extrémiste «exécute des gens» à cause de cela, a-t-il dit.

Les djihadistes sont désormais en grande difficulté pour tenir Mossoul, la grande ville du nord de l'Irak qu'ils détiennent depuis juin 2014, et où al-Baghdadi avait instauré son «califat».

Plusieurs dizaines de milliers de soldats et policiers irakiens et des combattants kurdes, soutenus par les frappes de la coalition internationale, ont lancé le 17 octobre une grande offensive pour reconquérir la ville.

D'une manière générale, le Pentagone estime que les capacités de propagande de l'EI ont été largement réduites par les coups de boutoir aériens de la coalition, qui ont notamment décimé les chefs de l'EI et grandement asséché ses ressources financières.

Entre août 2015 et août 2016, le nombre d'articles ou vidéos mis en ligne sur les médias officiels de djihadistes ont diminué de 70%, passant de 700 à 200 messages, selon le colonel Dorrian.

Mais Abou Bakr al-Baghdadi reste introuvable, malgré les efforts de la coalition, a reconnu le porte-parole militaire: «Si nous savions où il est, nous le tuerions sur le champ», a-t-il déclaré.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer