900 djihadistes tués dans la bataille pour Mossoul, selon Washington

Un soldat irakien surveille deux détenus accusés d'être... (REUTERS)

Agrandir

Un soldat irakien surveille deux détenus accusés d'être des combattants de l'État islamique, au sud de Mossul, le 27 octobre 2016.

REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Thibauld MALTERRE, Thomas WATKINS
Agence France-Presse
ERBIL

Un général américain a estimé jeudi que près de 900 combattants du groupe Etat islamique (EI) auraient été tués depuis le début de l'offensive des forces irakiennes sur Mossoul et sa région, que des déplacés continuent de fuir quotidiennement.

Entre 12 000 à 15 000 personnes ont pour l'heure été contraintes de quitter leur foyer en raison des opérations militaires visant à reprendre la deuxième ville d'Irak, dernier bastion des djihadistes dans ce pays, selon différentes sources.

Au onzième jour de l'offensive, le général américain Joseph Votel a indiqué que les forces irakiennes avaient «probablement tué environ 800 à 900 combattants de l'EI» jusqu'à présent.

Une coalition internationale menée par les Etats-Unis soutient les forces irakiennes dans la bataille de Mossoul, notamment par des frappes aériennes.

Dans un entretien accordé à l'AFP, le chef du Commandement central de l'armée américaine (CENTCOM) a toutefois souligné qu'il était difficile de fournir des chiffres précis car les combattants de l'EI se déplacent en petits groupes autour de Mossoul et tentent de se fondre dans la population.

L'offensive, lancée le 17 octobre sur trois fronts (est, nord et sud), se concentre pour le moment sur les localités des alentours de Mossoul et progresse à un rythme relativement rapide, selon des responsables militaires.

Mais la résistance devrait être plus importante lorsque les forces irakiennes tenteront d'entrer dans la ville où l'EI avait déclaré un «califat» en juin 2014.

Le général Votel a également indiqué que selon un bilan qui lui avait été fourni mardi soir par des dirigeants militaires irakiens, 57 membres des forces de sécurité irakiennes avaient été tués et 255 blessés.

Les forces peshmergas kurdes alliées aux forces fédérales irakiennes déploraient pour leur part 30 combattants tués et entre 70 et 100 blessés.

«Régime de la mort» 

La perspective de devoir livrer une véritable guérilla urbaine à environ 3000 à 5000 djihadistes, selon une estimation américaine, retranchés dans une agglomération de 1,5 million d'habitants d'après l'ONU, fait craindre un déplacement de population à grande échelle.

Ce possible afflux massif de civils inquiète grandement la communauté humanitaire dans un pays qui a enregistré déjà plus de 3,3 millions de déplacés depuis le début en 2014 de l'expansion djihadiste.

Pour l'heure, le ministère irakien pour les migrations a comptabilisé plus de 11 700 déplacés, tandis que l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a avancé jeudi le chiffre de 15 804 personnes déplacées depuis le début de l'offensive.

«En terme de préparation, l'ONU et les agences humanitaires comme la nôtre tablent sur le déplacement de jusqu'à 200 000 personnes dans les prochains jours», a indiqué le Conseil norvégien pour les réfugiés, précisant que les capacités d'accueil des camps étaient pour l'heure de 60 000.

Dans le camp de Khazir, à l'est de Mossoul, Saddam Dahham a raconté à l'AFP ses deux ans de calvaire sous le joug djihadiste: «On n'avait pas le droit de fumer, d'utiliser des téléphones, de regarder la télévision, on était obligés de se laisser pousser une longue barbe».

«On vivait sous le régime de la mort», se rappelle ce Kurde sunnite, qui s'est empressé d'utiliser le rasoir offert dans un kit humanitaire dès son arrivée dans le camp, avec son épouse et leurs trois enfants.

Deux femmes yézidies rescapées des persécutions de l'EI, qui avaient en 2014 enlevées et forcées à l'esclavage sexuel de nombreuses jeunes filles de cette communauté, ont reçu jeudi le prix Sakharov du Parlement européen, qui distingue des personnes s'étant illustrées dans la défense des droits de l'Homme.

L'une des lauréates, Nadia Murad, 23 ans, a salué «un message puissant à l'EI, dont l'inhumanité criminelle est condamnée et ses victimes récompensées par le monde libre».

«Isoler Raqa» 

Satisfaite du «progrès considérable» de l'opération de Mossoul, la coalition internationale antidjihadistes veut maintenant s'attaquer à Raqa, fief syrien de l'EI.

Une offensive aura lieu «dans quelques semaines» a affirmé mercredi le secrétaire à la Défense américain Ashton Carter.

Cette opération s'annonce plus ardue encore que celle visant à reprendre Mossoul.

Dans le chaos qu'est devenu le conflit syrien où acteurs locaux, régionaux et internationaux s'opposent sur de multiples fronts, identifier les forces susceptibles de donner l'assaut et les convaincre de coopérer semble relever d'une gageure.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé jeudi que les opérations militaires menées depuis fin août par la Turquie dans le nord syrien allaient s'étendre à Raqa, après Minbej, ville dont il avait dit la veille qu'il voulait la «nettoyer» des milices kurdes soutenues par Washington qui la contrôlent.

M. Erdogan a affirmé avoir partagé ses intentions avec son homologue américain Barack Obama lors d'un entretien téléphonique mercredi soir. «Venez, expulsons ensemble Daech (acronyme arabe de l'EI) de Raqa. Nous pouvons le faire ensemble, nous en avons la capacité», a-t-il déclaré.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer