Libye: les frappes américaines contre l'EI durent plus qu'anticipé

La plupart des bombardements américains ont été menées... (ARCHIVES AFP)

Agrandir

La plupart des bombardements américains ont été menées à partir de l'USS Wasp, un navire d'assaut amphibie qui croise en Méditerranée.

ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Washington

Les frappes aériennes américaines contre le groupe État islamique à Syrte, ancien fief des djihadistes en Libye, sont entrées dans leur troisième mois, plus longtemps qu'initialement anticipé par le Pentagone.

Au démarrage de ces bombardements le 1er août, les responsables américains avaient estimé que la campagne en appui des forces du gouvernement d'union nationale libyenne (GNA) serait probablement courte, se mesurant «en semaines et non en mois».

Mais les djihadistes n'ont pas encore été délogés de trois quartiers de Syrte, ville côtière située à 450 km à l'est de Tripoli.

Sur la seule journée de dimanche, les forces américaines ont mené 20 frappes, selon le commandement des forces militaires en Afrique.

Selon le Pentagone, le rythme des opérations est dicté par le GNA.

«Nous sommes maintenant dans la dernière partie de la ville, la plus dense», a déclaré lundi le capitaine Jeff Davis, porte-parole du Pentagone.

«Il est très difficile de prendre ces positions de snipers avec quoi que ce soit d'autre que des frappes aériennes», a-t-il dit.

La plupart des bombardements américains (plus de 200 depuis le début de la campagne) ont été menées à partir de l'USS Wasp, un navire d'assaut amphibie qui croise en Méditerranée.

Ce navire des Marines, le corps expéditionnaire américain, dispose notamment d'hélicoptères d'attaque AH-1W SuperCobra et d'avions à décollage vertical Harrier.

Lancée le 12 mai, l'opération de reconquête de Syrte progresse par à-coups, les troupes du GNA lançant régulièrement de nouvelles offensives entrecoupées de périodes de calme.

Elles ont affirmé lundi avoir tué la veille 80 djihadistes. Mais ce bilan n'était pas vérifiable de source indépendante.

Dimanche, le journaliste néerlandais Jeroen Oerlemans, qui travaillait notamment pour l'hebdomadaire belge Knack, a été tué en Libye alors qu'il couvrait les combats à Syrte.

Oerlemans est le premier Occidental et le second journaliste à trouver la mort en couvrant les combats à Syrte. Le journaliste libyen Abdelqader Fsouk a été tué en juillet.

Les combats de Syrte ont fait plus de 450 morts et quelque 2500 blessés au sein des forces du GNA. Le bilan humain dans les rangs des combattants de l'EI reste inconnu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer