L'attentat d'Istanbul porte «la marque» de l'EI, dit la CIA

Les drapeaux turcs étaient en berne mercredi devant... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Les drapeaux turcs étaient en berne mercredi devant l'aéroport international Atatürk, à Istanbul.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Agence France-Presse
Washington

L'attentat d'Istanbul qui a fait au moins 41 morts mardi porte «la marque» du groupe État islamique, a estimé mercredi à Washington le directeur de la CIA, avertissant également que les États-Unis n'étaient pas à l'abri d'attentats des djihadistes.

L'attentat «méprisable à l'aéroport international d'Istanbul qui a tué des dizaines de personnes et en a blessé bien plus porte sans aucun doute la marque de la dépravation de l'EI», a déclaré John Brennan lors d'une conférence dans un cercle de réflexion de Washington.

Le président américain Barack Obama avait déjà laissé entendre un peu plus tôt mercredi que l'attentat d'Istanbul pourrait être l'oeuvre de l'organisation djihadiste.

Le premier ministre turc Binali Yildirim avait lui aussi mardi montré du doigt l'EI, affirmant que «les indices point(ai)ent Daech», acronyme arabe de l'EI.

«Dans la plupart des cas, si ce n'est tous», l'EI n'a jamais revendiqué les attaques qu'il a lancées en Turquie, a souligné M. Brennan.

Les djihadistes «mènent ces attaques» pour «envoyer un signal à notre partenaire turc», mais ne veulent pas non plus «potentiellement s'aliéner certains des individus en Turquie dont ils pourraient essayer d'obtenir le soutien», a déclaré M. Brennan.

Des kamikazes ont ouvert le feu mardi dans l'aéroport international d'Istanbul avant de se faire sauter, tuant 41 personnes dont 13 étrangers, dans un triple attentat-suicide.

Ces attaques coordonnées, qui ont fait 239 blessés, sont les plus meurtrières dans la première métropole de Turquie, déjà visée trois fois cette année par des djihadistes ou des Kurdes, et surviennent avant une période de vacances.

Le directeur de la CIA a estimé que la coalition contre l'EI avait «fait des progrès significatifs» sur le terrain en Irak et en Syrie.

En revanche, il lui reste «beaucoup de chemin à faire» pour empêcher les djihadistes de répandre leur propagande et inciter à mener, voire organiser des attentats, a-t-il dit.

«Je suis très inquiet de voir que la machine terroriste générée par l'EI a beaucoup d'élan aujourd'hui encore», a-t-il déclaré.

Et le chef de la CIA a averti que l'EI était certainement en train de préparer des attaques contre des intérêts américains.

«Ce serait très surprenant pour moi que l'EI ne soit pas en train de chercher à nous frapper, aussi bien au Moyen-Orient que dans notre patrie», a-t-il prévenu.

«Je mettrais en garde» tous ceux qui pensent que «le territoire américain est protégé et que l'EI ne cherche pas à s'y attaquer», a-t-il ajouté.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer