Les forces irakiennes resserrent l'étau autour de Fallouja

Un convoi de Humvee de la branche antiterroriste... (Photo Thaier Al-Sudani, Reuters)

Agrandir

Un convoi de Humvee de la branche antiterroriste de l'armée irakienne avance vers Fallouja.

Photo Thaier Al-Sudani, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Consultez notre dossier sur le groupe djihadiste État islamique. »

Ammar Karim, Layal Abou Rahal
Agence France-Presse
Bagdad, Beyrouth

Les forces d'élite irakiennes se sont déployées samedi aux abords de Fallouja, aux mains du groupe État islamique (EI), alors que des dizaines de milliers de civils restaient pris au piège dans cette ville de l'ouest de l'Irak.

En Syrie voisine, quelque 165 000 déplacés sont également menacés selon l'ONU par une offensive de l'EI qui a réussi à progresser dans le nord, près de la frontière turque, pour s'emparer de localités rebelles.

Plus à l'est, le groupe est cependant la cible d'une offensive majeure des forces arabo-kurdes, appuyées par la coalition internationale dirigée par les États-Unis, dans la province de Raqa, où les civils sont eux aussi en danger.

Près d'une semaine après le début de l'offensive pour la reprise de Fallouja, à 50 km à l'ouest de Bagdad, l'arrivée des forces antiterroristes (CTS) marque une nouvelle phase dans les combats contre les djihadistes, un assaut étant possible à tout moment.

«Les forces d'élite du service antiterroriste (CTS), la police d'Al-Anbar et des combattants de tribus locales (...) ont atteint les camps de Tarek et Mazraa», au sud et à l'est de Fallouja, a affirmé à l'AFP Abdelwahab al-Saadi, commandant en chef chargé de l'opération à Fallouja.

«Ces forces vont entrer dans Fallouja dans les prochaines heures pour la libérer de Daech», a-t-il dit, utilisant l'acronyme en arabe de l'EI.

«Guerre urbaine»

Fallouja est la première ville à être tombée aux mains de l'EI avant même l'offensive djihadiste fulgurante de juin 2014. Sa reprise représente, avec celle de Mossoul (nord) et de Raqa, en Syrie, le grand objectif de la coalition internationale.

L'offensive pour la reprise de Fallouja a été lancée dans la nuit de dimanche à lundi par des dizaines de milliers de combattants des forces irakiennes et des forces paramilitaires des Hached al-Chaabi --constituées principalement de milices chiites--, avec le soutien de la coalition.

Les forces du CTS «se sont dirigées vers Fallouja (...). L'opération est en train de prendre la forme d'une guerre urbaine avec le siège de la ville par les forces irakiennes», a indiqué le porte-parole du CTS Sabah al-Noman.

«Les forces du CTS vont donner l'assaut dans la ville», a-t-il affirmé, sans toutefois se prononcer sur le moment de l'attaque.

L'ONU a jugé dramatiques les conditions des quelque 50 000 civils coincés à Fallouja, qui manquent de nourriture, d'eau potable et de médicaments.

«Nous recevons des centaines de déplacés irakiens des banlieues de Fallouja qui sont totalement épuisés, effrayés et affamés», a indiqué dans un communiqué Nasr Muflahi, le directeur pour l'Irak du Conseil norvégien pour les réfugiés.

«Des milliers de personnes demeurent coincées dans le centre de Fallouja, coupées de toute aide et de toute forme de protection», a-t-il ajouté.

Le millier de djihadistes qui se trouveraient encore à Fallouja sont soupçonnés de vouloir se servir des civils comme boucliers humains.

Frontière turque toujours fermée

Le sort des civils est également très préoccupant en Syrie où le Haut commissariat pour les réfugiés (HCR), Human Rights Watch et Médecins sans Frontières, ainsi que l'opposition et les militants syriens, ont exprimé notamment leurs craintes pour les déplacés dans la région d'Azaz, dans le nord de la province d'Alep.

Les combattants de l'EI, qui veulent prendre aux rebelles les villes d'Azaz et Marea (à 30 km plus au sud-est), sont déjà parvenus aux abords de la seconde ville, où les violents combats se poursuivent, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

«La situation dans les camps des déplacés dans Azaz est très mauvaise. Leurs souffrances ne cesseront pas tant que la frontière turque restera fermée et que les combats auront lieu à proximité», a dit à l'AFP le militant Maamoun Khateeb.

Le Bureau de coordination des affaires humanitaires (Ocha) a indiqué que quelque 13 500 personnes étaient prises au piège à Azaz en raison des combats.

Plus à l'est, au cinquième jour de l'offensive lancée par les Forces démocratiques syriennes (FDS) pour déloger l'EI du nord de la province de Raqa, la coalition internationale a mené des raids sur les positions djihadistes, selon l'OSDH qui a fait état de 45 djihadistes tués depuis mardi.

Les FDS, selon l'OSDH, ont pris quelques villages, mais n'ont pas enregistré «d'avancée stratégique» face à l'EI.

Dans les régions sous son contrôle dans la province de Raqa, dont le chef-lieu éponyme, l'EI interdit aux civils de partir, et depuis la dernière offensive il a renforcé ces restrictions.

Depuis 2011, le conflit en Syrie, qui implique de nombreux acteurs tant régionaux qu'internationaux, a fait plus de 280 000 morts et jeté sur les routes des millions de personnes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer