Un cadre de l'EI capturé par les forces spéciales américaines en Irak

Des soldats américains en Irak.... (ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Des soldats américains en Irak.

ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Washington

Un cadre du groupe djihadiste État islamique (EI) a été fait prisonnier par les forces spéciales américaines déployées en Irak, a indiqué mercredi un responsable américain de la Défense.

Le responsable a confirmé des informations de CNN et du New York Times selon lesquelles un responsable «significatif» de l'EI avait été capturé en Irak par une unité des forces spéciales américaines.

Cette unité a été déployée il y a quelques semaines par Washington, pour mener des «raids» contre les responsables djihadistes en Irak et en Syrie.

Il s'agit de collecter du renseignement auprès des djihadistes arrêtés, et de désorganiser le groupe extrémiste en faisant planer une menace directe sur sa hiérarchie.

Selon le responsable américain, le prisonnier est en cours d'interrogatoire par les forces spéciales américaines.

«Nous obtenons de bonnes choses» de sa part, a-t-il indiqué.

Selon le New York Times, qui cite des sources anonymes au Pentagone, le cadre de l'EI arrêté est interrogé «dans un lieu de détention temporaire à Erbil en Irak».

L'intention est ensuite de le remettre aux autorités irakiennes ou kurdes, mais les interrogatoires par les Américains pourraient «prendre des semaines ou des mois», selon le quotidien.

Un responsable de la Défense américain interrogé par l'AFP a souligné en tout cas que l'armée américaine «ne reprendrait pas» la responsabilité de détenir des prisonniers à long terme.

«Nous avons un accord avec le gouvernement irakien. Si nous capturons des responsables du groupe État islamique, nous leurs transférons» a-t-il déclaré.

La détention de djihadistes par les autorités militaires américaines depuis 2002, dans la prison de Guantanamo est devenue un casse-tête politique et juridique pour l'administration américaine.

Le président Obama s'était engagé dans sa première campagne présidentielle à fermer le camp de prisonniers, mais ne paraît pas en mesure de tenir sa promesse, au terme de deux mandats à la Maison-Blanche.

Selon le New York Times, l'unité de forces spéciales chargée de mener les raids contre les djihadistes compte 200 hommes et est constituée principalement de très discrets commandos Delta, une unité d'élite américaine spécialisée dans les missions antiterroristes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer