Il faut sauver les enfants soldats de l'EI, soutient Roméo Dallaire

L'Observatoire syrien pour les droits de la personne... (Photo archives Reuters)

Agrandir

L'Observatoire syrien pour les droits de la personne indiquait à la fin de 2015 qu'entre janvier et août, 1100 enfants de moins de 16 ans avaient été enrôlés par le groupe armé État islamique. Une situation qui ne peut plus continuer, selon M. Dallaire.

Photo archives Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Murray Brewster
La Presse Canadienne
Ottawa

Roméo Dallaire soutient que la victoire contre le groupe armé État islamique passera nécessairement par une véritable stratégie pour freiner l'endoctrinement de hordes d'enfants soldats.

Roméo Dallaire... (ARCHIVES LE SOLEIL) - image 1.0

Agrandir

Roméo Dallaire

ARCHIVES LE SOLEIL

Le lieutenant-général à la retraite - et ancien sénateur libéral - a récemment créé un programme complet de techniques de déradicalisation et de soutien aux jeunes proies des extrémistes. Le «général Dallaire», comme on l'appelle encore aujourd'hui, espère former au moins 200 anciens combattants qui pourront ensuite enseigner ces techniques aux forces de sécurité dans les coins les plus à risque de la planète.

Ce programme, offert par l'entremise de sa fondation et avec le soutien de l'Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, a reçu la semaine dernière un don de 175 000 $ de l'organisme Wounded Warriors Canada pour démarrer un projet-pilote. M. Dallaire espère que le programme sera éventuellement adopté par l'armée canadienne et possiblement implanté en zones kurdes par les forces spéciales.

M. Dallaire estime que contrairement à ce qui se passe en Afrique, où les enfants soldats font partie de l'équation depuis longtemps, le problème est plus insidieux au groupe armé État islamique: les tactiques utilisées y sont plus impitoyables, et les enfants sont plus isolés encore du reste du monde.

Plusieurs rapports, dont un des Nations unies, concluent que des enfants sont armés, qu'ils servent de boucliers humains et commettent même des attentats-suicides. Dans des vidéos diffusées sur internet, on voit des enfants assister à des décapitations, dans le cadre de leur formation pour devenir djihadistes.

L'Observatoire syrien pour les droits de la personne indiquait à la fin de 2015 qu'entre janvier et août, 1100 enfants de moins de 16 ans avaient été enrôlés par le groupe armé État islamique. Une situation qui ne peut plus continuer, selon M. Dallaire.

Selon lui, les femmes ont un rôle crucial à jouer dans ce processus de déradicalisation, car dans le monde musulman, elles sont souvent les seules à pouvoir s'adresser aux mères des enfants soldats. Les femmes auraient aussi plus d'influence sur les garçons, selon certaines études.

«Dans mon esprit de militaire, il ne fait aucun doute que ce conflit perdure à cause de l'enrôlement précoce et de l'utilisation massive de jeunes gens», soutient M. Dallaire, qui a rencontré récemment des hauts responsables du gouvernement Trudeau et de l'état-major canadien pour les convertir à sa cause.

La nouvelle stratégie canadienne en matière de lutte contre le groupe islamiste, annoncée la semaine dernière par le gouvernement libéral, ne prévoyait rien au sujet des enfants soldats, en dépit d'engagements de centaines de millions de dollars pour l'aide humanitaire et le développement.

Roméo Dallaire a aussi rencontré la semaine dernière des responsables à la Maison-Blanche et ailleurs à Washington, où la perception, selon lui, commence à changer. «Les Américains sont inquiets parce qu'ils ont finalement réalisé que le phénomène des enfants soldats - et l'usage d'enfants (dans les conflits) - constitue bien plus qu'un problème humanitaire ou socio-économique: c'est une menace réelle.»

Depuis sa démission du Sénat, en 2014, après neuf ans à la chambre haute, M. Dallaire a notamment créé une fondation, Initiative pour les enfants soldats, et prononcé plusieurs conférences sur le sujet. Il a écrit J'ai serré la main du diable: la Faillite de l'humanité au Rwanda et Ils se battent comme des soldats, ils meurent comme des enfants - Pour en finir avec le recours aux enfants soldats.

Selon sa fondation, quelque 250 000 enfants ont été enrôlés de force dans des conflits de par le monde.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer