Du gaz moutarde a été utilisé en Irak en août

Du gaz moutarde a été utilisé en août... (PHOTO AHMED JADALLAH, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Du gaz moutarde a été utilisé en août en Irak, lors de l'attaque de deux villes à proximité d'Erbil, la capitale du Kurdistan.

PHOTO AHMED JADALLAH, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
LA HAYE, Pays-Bas

Du gaz moutarde a été utilisé en août en Irak, lors de l'attaque de deux villes à proximité d'Erbil, la capitale du Kurdistan, ont indiqué lundi à l'AFP des sources proches de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC).

«Les résultats de tests ont confirmé l'utilisation de gaz moutarde», ont indiqué ces sources, sous couvert de l'anonymat.

Selon le gouvernement de la région autonome du Kurdistan irakien, l'EI avait lancé une cinquantaine d'obus de mortier sur les villes de Gweyr et Makhmur, au sud-ouest d'Erbil.

Près d'une quarantaine de ces explosions auraient dégagé une poussière blanche et du liquide noir, avait alors affirmé le ministère des Peshmergas.

Trente-cinq combattants avaient souffert de l'inhalation du gaz et certains avaient été transférés à l'étranger pour être soignés, avait-il affirmé. Le gouvernement de cette région autonome avait ajouté en octobre que les tests sanguins chez ces combattants confirmaient la présence de «traces de gaz moutarde».

L'OIAC, de son côté, n'a pas souhaité confirmer l'information. «À la demande du gouvernement irakien, le directeur général a envoyé une équipe d'experts pour assister l'Irak dans son enquête sur l'utilisation possible d'armes chimiques sur son territoire», a affirmé le porte-parole de l'organisation, Malik Ellahi.

«L'équipe a terminé sa mission et a partagé les résultats de son travail technique avec le gouvernement irakien», qui est responsable de la publication des résultats officiels de l'enquête, a-t-il ajouté.

Le gaz moutarde - qui provoque des détresses respiratoires, une cécité momentanée et des cloques très douloureuses - avait été utilisé pour la première fois par les Allemands en Belgique en 1917.

Classé en «Catégorie 1», ce qui signifie qu'il n'a que très peu d'usages en dehors de la guerre chimique, il a été banni par l'ONU en 1993.

L'EI a lancé une offensive fulgurante en juin 2014 en Irak, qui lui a permis de prendre le contrôle de larges territoires au nord de Bagdad, dont certains proches du Kurdistan irakien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer