La Turquie bombarde l'EI en riposte à l'attentat-suicide d'Istanbul

Un chasseur F-16 de l'armée turque... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Un chasseur F-16 de l'armée turque

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Mahmut BOZARSLAN, Burak AKINCI
Agence France-Presse
CINAR, ANKARA

Le gouvernement turc a annoncé jeudi avoir riposté à l'attentat-suicide qui a tué 10 touristes allemands à Istanbul en bombardant en Syrie et en Irak plusieurs centaines de cibles du groupe État islamique (EI), accusé d'avoir piloté le «kamikaze».

Deux jours après l'attaque, qui a visé des étrangers pour la première fois en Turquie, le premier ministre Ahmet Davutoglu a révélé que l'artillerie turque avait visé en 48 heures «près de 500 positions de DAECH (l'acronyme arabe de l'EI)» en représailles au «lâche attentat d'Istanbul».

Cette annonce est intervenue alors que le front du conflit kurde a refait jeudi la «une» de l'actualité, avec un attentat à la bombe attribué aux rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) qui a fait 6 morts et 39 blessés près de Diyarbakir (sud-est).

Lors d'une intervention devant les ambassadeurs turcs, le chef du gouvernement a affirmé que les bombardements avaient fait 200 tués dans les rangs de l'EI. Ce lourd bilan n'a pas été confirmé de source indépendante.

Très ferme, M. Davutoglu a averti que «toute attaque qui vise les invités de la Turquie sera punie». «Nous lutterons d'une manière déterminée contre l'organisation terroriste Daech jusqu'à ce qu'elle quitte définitivement la frontière turque», a-t-il déclaré.

Les dirigeants d'Ankara ont longtemps été accusés de bienveillance pour les groupes rebelles radicaux qui luttent contre le président syrien Bachar al-Assad, leur bête noire.

Sous la pression de ses alliée, la Turquie a toutefois rejoint l'été dernier la coalition internationale antidjihadiste, et pilonné à plusieurs reprises des cibles jihadistes.

7 gardes à vue

Depuis l'attentat qui a fait 103 tués le 10 octobre devant la gare d'Ankara, attribué à l'EI, la police turque a multiplié les coups de filet contre ses membres présumés et renforcé les contrôles à ses frontières pour tenter de tarir le flux des recrues étrangères qui rejoignent le groupe jihadiste en Syrie.

Si la responsabilité de l'EI était confirmée, l'attaque de mardi marquerait un changement de sa stratégie en Turquie, où elle n'avait jusque-là jamais visé de cible étrangère.

Dix Allemands ont été tués et 17 autres personnes blessées tout près de la basilique Sainte-Sophie et de la Mosquée bleue, deux des monuments les plus visités de la plus grande ville du pays.

Sept suspects ont été placés en garde à vue, a annoncé jeudi le ministre de l'Intérieur Efkan Ala, sans en préciser l'identité ou le rôle présumé.

Selon les autorités turques, le «kamikaze» est un Syrien de 28 ans, identifié dans les médias comme Nabil Fadli. M. Davutoglu a précisé mercredi qu'il était parvenu à entrer sur le sol turc quelques jours avant l'attaque comme un «migrant ordinaire», dans le flot des réfugiés qui fuient la Syrie en guerre.

Visé par les djihadistes, le pays est aussi secoué par le conflit kurde. Depuis l'été dernier, des combats meurtriers ont repris entre les forces de sécurité et le PKK dans son sud-est à majorité kurde, après plus de deux ans de cessez-le-feu.

«Bombe atomique»

Dans la nuit de mercredi à jeudi, 5 civils, dont 3 enfants, et un policier ont été tués dans un attentat à la camionnette piégée attribué aux rebelles kurdes, qui a visé le QG de la police à Cinar, au sud-est de Diyarbakir. L'attentat a aussi fait 39 blessés.

La déflagration, provoquée selon les enquêteurs par une charge d'une tonne et demie d'explosifs, a réduit le commissariat à un tas de ruines, et a soufflé la façade d'un bâtiment proche où résidaient les policiers.

«On allait se mettre au lit lorsqu'on a entendu une énorme explosion. J'ai cru que c'était une bombe atomique», a raconté à l'AFP un voisin, Sitki Dinç.

Ankara a lancé mi-décembre une vaste offensive, avec chars et hélicoptères, pour déloger de jeunes partisans des rebelles qui ont érigé des barricades dans les villes sous couvre-feu de Silopi et Cizre, ainsi que dans le district historique de Sur à Diyarbakir.

Au moins 200 policiers et soldats ont été tués ainsi que plus de 3000 «terroristes», a affirmé fin décembre le président islamoconservateur Recep Tayyip Erdogan. Selon l'Association des droits de l'Homme (IHD) turque, 170 civils ont aussi été tués.

M. Davutoglu a réitéré jeudi sa volonté de lutter contre «toutes les formes de terrorisme».

La reprise du conflit kurde a fait voler en éclats les pourparlers de paix engagés en 2012 pour mettre un terme à la rébellion, qui a fait plus de 40 000 morts depuis 1984.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer