Un Émirati accusé d'un projet d'attentat contre le circuit F1 d'Abou Dhabi

L'homme fait l'objet de sept chefs d'accusation, dont... (PHOTO KARIM SAHIB, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'homme fait l'objet de sept chefs d'accusation, dont l'intention de poser des bombes sur le circuit de Formule 1, dans un magasin Ikea sur l'île de Yas et dans des autobus de touristes étrangers à Abou Dhabi.

PHOTO KARIM SAHIB, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
ABOU DHABI

Un Émirati, dont l'épouse a été exécutée pour le meurtre d'une Américaine, a été formellement accusé d'être lié au groupe État islamique (EI) et d'avoir planifié un attentat contre le circuit de Formule 1 d'Abou Dhabi, a rapporté mardi la presse locale.

Les médias internationaux n'ont pas été invités à assister à une audience lundi à la Cour de sûreté de l'État où l'accusé, identifié seulement par les initiales M. A. H., a entendu les charges pesant contre lui selon des quotidiens émiratis.

Au total, l'homme fait l'objet de sept chefs d'accusation, dont l'intention de poser des bombes sur le circuit de Formule 1, dans un magasin Ikea sur l'île de Yas et dans des autobus de touristes étrangers à Abou Dhabi, et d'avoir planifié des attaques contre une base militaire américaine aux Émirats et contre de hauts responsables de la fédération.

Selon le Gulf News qui cite des procureurs, il a essayé de rejoindre les djihadistes de l'EI en Irak «mais, comme il n'a pas réussi à s'y rendre, il a choisi de travailler aux Émirats en soutien à l'organisation terroriste».

L'homme a rejeté toutes les accusations portées contre lui et s'est plaint d'avoir été placé en isolement pendant six mois, après avoir été arrêté le 21 novembre 2014, a indiqué le journal The National.

Son épouse, Alaa al-Hashemi, 30 ans, a été exécutée par balle le 13 juillet après avoir été condamnée à mort pour le meurtre d'une enseignante américaine, tuée le 1er décembre 2014 dans les toilettes d'un centre commercial d'Abou Dhabi avec un couteau de cuisine.

Elle avait aussi été reconnue coupable d'avoir cherché à faire exploser une bombe artisanale devant le domicile d'un médecin américain d'origine égyptienne.

Les Émirats, où la population locale ne représente qu'environ 10% des habitants, se sont engagés en septembre 2014 dans la coalition internationale anti-EI en Syrie.

Les attaques imputées à des djihadistes ou des personnes s'inspirant de groupes extrémistes sont rarissimes dans cette riche monarchie du Golfe qui mène une politique de «tolérance zéro» vis-à-vis des islamistes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer