L'EI revendique une attaque contre des soldats turcs

Le gouvernement turc a rejoint l'été dernier la... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Le gouvernement turc a rejoint l'été dernier la coalition antijahidiste et mené depuis des frappes contre les positions des combattants de l'EI en Syrie.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Erbil

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a affirmé mercredi avoir attaqué un camp militaire du nord de l'Irak où sont stationnés des soldats turcs, alors que des responsables kurdes disent que l'assaut a été repoussé.

Dans un communiqué diffusé sur des sites djihadistes, l'EI a indiqué avoir bombardé «avec 200 roquettes Grad» le camp militaire de Bachiqa, dans la province de Ninive, situé près de Mossoul, ville entre les mains du groupe djihadiste depuis juin 2014.

L'EI fait état d'une autre attaque contre une caserne de combattants kurdes peshmergas dans la zone d'al-Gouwayr, lors de laquelle deux kamikazes ont fait détoner leur ceinture d'explosifs.

Dans le même temps, le Conseil de sécurité de la région autonome du Kurdistan (KRSC) a indiqué que les forces peshmergas avaient repoussé des attaques coordonnées par l'EI à Nawaran, Bachiqa, Tal Aswad, Khazr et Zardik, dans le nord de l'Irak.

«C'était une tentative de (l'EI) de briser les lignes défensives des peshmergas après des pertes significatives ces derniers mois», a-t-il ajouté.

«Plusieurs fronts, dont Bachiqa, Nawaran et Khazr, au nord et à l'est de Mossoul, ont été attaqués par des terroristes» de l'EI, a également déclaré à l'AFP Jabbar Yawar, le secrétaire général du ministère chargé des peshmergas dans le gouvernement du Kurdistan.

Les djihadistes «ont utilisé des voitures piégées, des obus de mortier et des roquettes et après ça ils ont lancé des attaques sur les sites des peshmergas sur tous ces fronts», a-t-il dit.

Le KRSC a affirmé que plus de 70 membres de l'EI avaient été tués.

Ankara avait fait état plus tôt dans la journée d'une attaque de l'EI contre le camp de Bachiqa lors de laquelle quatre soldats turcs avaient été blessés.

Selon CNN Türk, entre 50 et 60 obus de mortiers ont été tirés par les djihadistes lors du bombardement, qui a duré environ trois heures.

Ankara a déployé il y a deux semaines plusieurs centaines de soldats et des chars à Bachiqa, provoquant de vives tensions avec le gouvernement de Bagdad qui lui a demandé de les retirer.

Un contingent turc y entraîne depuis plusieurs mois des combattants irakiens pour lutter contre l'EI. Ankara affirme que les renforts dépêchés sur place ont pour mission d'assurer la protection de ses formateurs.

Des responsables turc et irakien avaient fait état lundi du retrait des militaires turcs du camp, mais les conseillers y sont apparemment restés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer