Des sénateurs américains veulent 100 000 soldats étrangers contre l'EI

L'EI contrôle depuis l'an dernier de larges pans... (Photo ANDREW VAUGHAN, Archives PC)

Agrandir

L'EI contrôle depuis l'an dernier de larges pans de territoire en Irak et en Syrie.

Photo ANDREW VAUGHAN, Archives PC

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BAGDAD

Deux sénateurs américains ont plaidé dimanche pour l'envoi de 100 000 soldats étrangers, en majorité de pays sunnites, mais aussi américains, pour combattre le groupe djihadiste État islamique (EI) en Syrie.

«Il faudrait 100 000 soldats au total» pour combattre l'EI, a déclaré à des journalistes John McCain, président du Comité des forces armées du Sénat américain, lors d'une visite à Bagdad.

«Cela ne serait pas difficile pour l'Égypte; ce serait difficile pour les Saoudiens et pour des pays plus petits», mais la Turquie pourrait aussi fournir des forces, a-t-il ajouté.

L'Arabie saoudite est actuellement engagée dans une guerre au Yémen tandis que l'Égypte est confrontée à une insurrection djihadiste et la Turquie plus préoccupée par les rebelles kurdes que par l'EI.

Cette force inclurait aussi 10 000 soldats américains pour «fournir des compétences que les Arabes n'ont pas», a affirmé le sénateur américain Lindsey Graham.

Les deux parlementaires républicains ont aussi appelé à augmenter le nombre des militaires américains en Irak à environ 10 000.

«C'est différent que lors des deux dernières guerres», a affirmé M. Graham, en référence aux conflits de 14 ans en Afghanistan et de près de neuf ans en Irak, au cours duquel l'EI a été fondé.

«Cette fois-ci (ce serait) une grande armée régionale avec une petite composante occidentale. Les deux dernières guerres ont vu une grande participation occidentale avec une force régionale réduite», a-t-il souligné.

Les deux sénateurs ont par ailleurs critiqué la stratégie américaine actuelle consistant à mener des raids aériens contre les positions de l'EI en Irak et en Syrie afin d'appuyer les forces locales au sol, qui ont également reçu des armes et des formations.

L'EI contrôle depuis l'an dernier de larges pans de territoire en Irak et en Syrie.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer