Somalie: les shebab divisés entre Al-Qaïda et l'EI

L'ampleur du soutien des shebab pour l'EI n'est... (PHOTO MOHAMED ABDIWAHAB, ARCHIVES AFP)

Agrandir

L'ampleur du soutien des shebab pour l'EI n'est pas connue. Certains combattants shebab, contre lesquels les États-Unis mènent régulièrement des attaques de drones, veulent se concentrer sur la Somalie plutôt que se battre pour une cause islamiste internationale plus large.

PHOTO MOHAMED ABDIWAHAB, ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
MOGADISCIO

Le président somalien a demandé mercredi aux combattants islamistes shebab de se rendre après que certaines de leurs factions ont été accusées d'avoir quitté Al-Qaïda et d'être désormais affiliées au groupe armé État islamique (EI).

Les deux groupes sont «destructeurs», a affirmé le chef de l'État Hassan Sheikh Mohamud dans un communiqué, assurant suivre «avec intérêt le différend désormais public au sein des shebab pour décider s'il faut prêter allégeance à Al-Qaïda ou à l'État islamique».

M. Mohamud a indiqué que les divisions signalées étaient «symptomatiques d'un groupe en pleine perdition» et a prévenu que les Somaliens «n'avaient pas besoin d'une nouvelle manière de répandre l'horreur et la répression».

Les islamistes somaliens shebab, branche est-africaine d'Al-Qaïda, ont été chassés depuis mi-2011 de Mogadiscio, puis de leurs principaux bastions du Centre et du Sud somaliens.

Ils contrôlent toujours de larges zones rurales, d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides - parfois jusque dans la capitale somalienne - contre les symboles du fragile gouvernement somalien ou contre la force militaire de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) de 22 000 hommes qui le soutient.

Ces présumées divisions surviennent à un moment où l'EI attire de plus en plus de combattants ou de groupes étrangers tel que Boko Haram au Nigeria. Toutefois, Al-Qaïda a récemment étendu son territoire au Yémen, séparé de la Somalie par le golfe d'Aden.

«Ne pensez pas que votre choix se limite à Al-Qaïda ou à DAECH (EI)», a ajouté M. Mohamud. «Il existe une autre option, l'option juste et sainte: le chemin vers la paix».

L'ampleur du soutien des shebab pour l'EI n'est pas connue. Certains combattants shebab, contre lesquels les États-Unis mènent régulièrement des attaques de drones, veulent se concentrer sur la Somalie plutôt que se battre pour une cause islamiste internationale plus large.

«Je continuerai à le dire jusqu'à ce qu'il ne reste plus personne à qui le dire, si vous sentez que vous êtes sous l'emprise de ces terroristes et que vous voulez une autre option, tendez la main vers le gouvernement», a déclaré le chef de l'État.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer