Irak: l'EI a exécuté 70 membres d'une tribu sunnite

Les tribus sunnites en Irak étaient profondément divisées... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Les tribus sunnites en Irak étaient profondément divisées face à l'EI qui s'était efforcé de les séduire ou de les soumettre en maniant la carotte et le bâton, selon des analystes.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BAGDAD

Le groupe extrémiste sunnite État islamique (EI) a exécuté dans l'ouest de l'Irak 70 membres d'une tribu sunnite alliée au gouvernement, a-t-on appris mercredi auprès d'un chef tribal et de l'ONU.

Les victimes, membres de la tribu Albou Nimr, ont été exécutées dans la zone de Tharthar au nord de Ramadi, chef-lieu de la province d'Al-Anbar, a déclaré à l'AFP le chef tribal Naïm Gaoud.

«Les personnes exécutées étaient les pères, les frères de membres de la police, de l'armée (...) et de combattants tribaux luttant contre Daech (acronyme arabe de l'EI)», a-t-il dit.

«Daech les a exécutées par balle», a-t-il précisé.

Hatem al-Gaoud, un autre membre de cette tribu joint par l'AFP, a affirmé pour sa part que les djihadistes de l'EI avaient rassemblé des dizaines de membres de cette tribu et leur avaient tiré une balle dans la tête dans la région de Tharthar.

Il n'était toutefois pas en mesure de préciser où l'EI avait transporté les corps.

«Je ne sais pas ce que l'EI a fait des corps, il les a probablement enterrés dans un charnier près du lieu de l'exécution», a-t-il dit.

La mission de l'ONU en Irak a dit être en mesure de confirmer ces exécutions de masse.

«Ce n'est pas la première attaque contre les Albou Nimr depuis qu'ils se sont activement opposés à l'EI», a-t-elle confirmé dans un courriel à l'AFP.

Le secrétaire d'État britannique aux Affaires étrangères Tobias Ellwood a dit dans communiqué être «vivement inquiet et choqué» par ces informations.

«Nous étions clairs, battre l'EI prendra du temps et nécessitera de la patience mais c'est un combat que nous devons remporter. Ils (les djihadistes de l'EI) commettent des atrocités au nom de l'islam et ont encore une fois exécuté des sunnites qu'ils affirment défendre», a dit le responsable britannique.

Les forces de sécurité irakiennes, soutenues par les frappes aériennes de la coalition antidjihadiste internationale conduite par les États-Unis, ont lancé dimanche une vaste opération à l'ouest de Ramadi se rapprochant un peu plus du chef-lieu de la province d'Al-Anbar pris en mai par les djihadistes.

Les tribus sunnites en Irak étaient profondément divisées face à l'EI qui s'était efforcé de les séduire ou de les soumettre en maniant la carotte et le bâton, selon des analystes.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer