Attaques de l'EI en Irak: au moins 50 morts

Des membres des forces de sécurité irakiens, à... (Photo AP)

Agrandir

Des membres des forces de sécurité irakiens, à Bagdad.

Photo AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BAGDAD

Au moins 50 personnes ont été tuées lundi dans trois attentats à la voiture piégée en Irak dont l'un a visé la région de Bassora, une rare attaque dans cette région du sud du pays revendiquée par le groupe djihadiste État islamique (EI).

Ce groupe extrémiste sunnite qui a pris le contrôle de larges pans du pays depuis l'année dernière, semblait avoir jusque-là peu d'accès à la région chiite du sud.

«Au moins dix personnes ont été tuées à Zoubeïr (près de Bassora) et 24 blessées», a indiqué Jabbar al-Saadi, membre du Conseil provincial. L'attaque a eu lieu dans le marché «Souk al-Hallaquine».

Au nord de Bagdad, une zone régulièrement visée par les attentats djihadistes, 35 personnes ont péri et 74 ont été blessées dans une attaque à la voiture piégée sur un marché de la localité de Khalès dans la province de Diyala, selon la police.

Dans la localité de Hosseiniyah, à quelque 20 km au nord de la capitale irakienne, l'explosion d'une voiture piégée a tué cinq personnes et blessé 17, a indiqué un colonel de la police.

Un conseiller local et des sources médicales à Khalès et à Baqouba, capitale de la province de Diyala, ont confirmé le bilan des victimes.

En janvier, le gouvernement avait déclaré libérée Diyala, province religieusement et ethniquement mixte, contrôlée en partie par l'EI l'année dernière.

Les djihadistes, qui considèrent les chiites comme hérétiques, n'ont plus de bases fixes dans la province de Diyala, mais ont repris leurs anciennes techniques qui consistent à y faire exploser des voitures piégées et mener des attentats suicide.

Les deux attentats au nord de Bagdad n'ont pas été revendiqués, mais celui du su du pays l'a été par l'EI.

Dans un communiqué publié sur les réseaux sociaux, l'EI a affirmé que «l'armée du califat a réussi à faire exploser une voiture piégée garée au milieu d'un rassemblement de Rafidha» près de Bassora. L'EI utilise le terme Rafidha pour désigner les musulmans chiites.

Les attentats à la bombe sont rares dans le sud de l'Irak, région à prédominance chiite et difficile d'accès pour les groupes djihadistes sunnites.

Selon des chiffres fournis jeudi par la mission de l'ONU en Irak, «717 Irakiens ont été tués et 1.216 blessés dans des actes de terrorisme et de violence en septembre 2015», dont 257 morts pour la seule province de Bagdad.

Ces chiffres ne comptabilisent que les cas qui ont pu être vérifiés et sont donc probablement en deçà de la réalité, d'après l'ONU.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer