Syrie: Hollande et Merkel insistent sur la nécessité de ne frapper que le groupe EI

La chancelière allemande, Angela Merkel, aux côtés du... (Photo STEPHANE DE SAKUTIN, AFP)

Agrandir

La chancelière allemande, Angela Merkel, aux côtés du président français, François Hollande.

Photo STEPHANE DE SAKUTIN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
PARIS

Le président français François Hollande a déclaré vendredi avoir insisté auprès de son homologue russe Vladimir Poutine pour que les raids russes ne frappent que le groupe État islamique (EI).

«Les frappes doivent concerner Daech et uniquement Daech» (acronyme arabe de l'État islamique), a affirmé François Hollande. «Nous avons tous les deux insisté sur le fait que l'EI est l'ennemi que nous devons combattre», a renchéri au cours d'un point de presse commun Angela Merkel.

La chancelière allemande a aussi démenti toute divergence de vue avec François Hollande sur l'attitude à avoir face au président syrien Bachar al-Assad qui, disent-ils, doit quitter le pouvoir.

«Il doit y avoir une solution pour la Syrie qui reflète aussi et surtout les intérêts de l'opposition. Et cette opposition a notre soutien», a-t-elle déclaré.

Le président français a dit avoir parlé avec Vladimir Poutine de la nécessaire recherche d'une solution politique pour «mettre le gouvernement et l'opposition en capacité de former un gouvernement de consensus», et «considérer que l'avenir de la Syrie passe par le départ de Bachar al-Assad».

La Russie «s'est toujours engagée en Syrie», a souligné François Hollande. «Depuis le départ, la Russie a soutenu le régime de Bachar al-Assad. Aujourd'hui elle va plus loin, mais elle garde finalement la même ligne».

Concernant les frappes aériennes russes en Syrie, «là où nous avons identifié des frappes, il n'y en avait qu'une sur Raqa (où se trouve le fief de l'État islamique) et les autres sur des secteurs contrôlés par l'opposition», a-t-il relevé.

Le président français a aussi dit avoir insisté auprès du président russe sur la nécessité de maintenir l'intégrité et l'unité de la Syrie.

«Qu'est-ce que ça voudrait dire d'avoir d'un côté une Syrie réduite à un certain nombre de territoires contrôlés par le régime et de l'autre un vaste ensemble laissé au chaos, et peut-être à l'organisation d'un califat ? Ce serait la pire des situations», a-t-il souligné.

«Ce serait une partition que nous ne pouvons pas accepter (...) parce que ce serait, on le sent bien, une division fondée sur des critères religieux entre chiites et sunnites» faisant le jeu du groupe Etat islamique, a-t-il insisté.

M. Hollande a souligné la nécessité de «travailler avec la Russie, les États-Unis, l'Iran, la Turquie, les États du Golfe et l'Union européenne» à la recherche d'un règlement politique du conflit qui, a-t-il rappelé, a fait «250 000 morts et quatre millions de réfugiés».

 

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer