L'EI affirme détenir un Chinois et un Norvégien

La première ministre norvégienne Erna Solberg a confirmé... (PHOTO AP)

Agrandir

La première ministre norvégienne Erna Solberg a confirmé «qu'un citoyen norvégien a été enlevé et est retenu prisonnier en Syrie».

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Dubaï

Le groupe djihadiste État islamique (EI) a affirmé mercredi détenir en otage un Norvégien et un Chinois et  réclamé une rançon contre leur libération, selon la dernière édition de son magazine de propagande Dabiq.

Sur deux pages du magazine, l'EI s'adresse à toute personne «qui voudrait payer une rançon pour la libération et le transfert» des deux hommes «à vendre», en publiant leur photo et en donnant un numéro de téléphone à contacter, dont l'indicatif est irakien.

Il n'est pas précisé quand et où ces ressortissants ont été enlevés.

Le groupe ultraradical EI sévit surtout en Syrie et en Irak, proclamant un «califat» sur les larges pans de territoires conquis dans ces deux pays où il multiplie les atrocités -enlèvement, viols, meurtres, décapitations...

Dans un communiqué, la première ministre norvégienne Erna Solberg a dit qu'elle pouvait «confirmer qu'un citoyen norvégien a été enlevé et est retenu prisonnier en Syrie», en précisant qu'un cabinet de crise avait été mis en place.

«C'est une affaire grave et compliquée. L'objet de nos efforts est de ramener notre concitoyen indemne en Norvège», a-t-elle ajouté.

Les djihadistes de l'EI, qui utilisent les images de leurs exactions comme élément de propagande, ont par le passé diffusé des vidéos montrant la décapitation de plusieurs otages, soigneusement mise en scène par les bourreaux.

Le reporter américain James Foley enlevé en Syrie par l'EI a été exécuté le 19 août 2014. Deux semaines plus tard, c'est Steven Sotloff, un autre journaliste américain, qui a été tué avec la même chorégraphie macabre, par le même bourreau à l'accent britannique.

Quelques semaines plus tard, David Haines et Alan Henning, deux travailleurs humanitaires britanniques ont été tués eux aussi. Peter Kassig, un troisième américain, avait été exécuté peu après. D'autres otages, dont deux Japonais, ont connu le même sort.

L'EI sème aussi la terreur dans des régions de Libye et d'Égypte où il a affirmé en août avoir décapité un otage croate.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer