Persécutions des gais par l'EI: des témoignages horrifiants

Les combattants de l'EI ont revendiqué au moins... (Photo archives AP/Centre média de Raqqa)

Agrandir

Les combattants de l'EI ont revendiqué au moins 30 exécutions pour «sodomie», a indiqué Jessica Stern, directrice de la Commission internationale des droits des gais et lesbiennes, aux participants à la réunion qui se déroulait à huis clos.

Photo archives AP/Centre média de Raqqa

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont entendu lundi les témoignages horribles des persécutions subies par des homosexuels irakiens et syriens aux mains du groupe État islamique (EI), lors de la première réunion jamais consacrée aux droits des gais.

«Dans l'État islamique, les gais sont traqués et tués tout le temps», a témoigné Subhi Nahas, originaire d'Idleb, dans le nord-ouest de la Syrie, région dévastée par la guerre.

Les homosexuels sont jetés des toits et lapidés par des foules en liesse qui réagissent, y compris les enfants, comme s'ils étaient «à un mariage», a raconté l'homme qui a fui les persécutions dans son pays et travaille désormais pour une organisation d'aide aux réfugiés aux États-Unis.

Les militants de l'EI «traquent les gais de façon professionnelle. Ils les chassent un par un», a aussi témoigné un Irakien, qui s'exprimait par téléphone depuis un lieu tenu secret au Proche-Orient.

«Quand ils capturent quelqu'un, ils inspectent son téléphone, ses contacts et ses amis sur Facebook», a ajouté l'homme qui se fait appeler Adnan pour éviter son vrai nom, par crainte d'être reconnu.

Il a expliqué avoir été victime de brutalités de la part des forces de sécurité irakiennes avant l'arrivée de l'EI dans sa ville. Craignant que sa famille ne le livre aux djihadistes, il a fui.

«Ils tentent de traquer tous les hommes gais. Et c'est comme un effet domino. Si un tombe, les autres tomberont aussi», a-t-il confié.

Les combattants de l'EI ont revendiqué au moins 30 exécutions pour «sodomie», a indiqué Jessica Stern, directrice de la Commission internationale des droits des gais et lesbiennes, aux participants à la réunion qui se déroulait à huis clos.

Le groupe jihadiste a diffusé au moins sept vidéos ou photos en ligne montrant des exécutions de personnes qu'ils accusent d'être homosexuelles depuis juillet 2014, a-t-elle précisé après la réunion. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a rapporté en juillet que des combattants de l'EI avaient jeté deux hommes qu'ils accusaient d'être homosexuels du haut d'un immeuble à Palmyre, en Syrie, avant de les lapider.

Réunion «historique»

C'est la première fois que le Conseil de sécurité se réunit pour parler des droits des homosexuels, un moment «historique», selon l'ambassadrice américaine à l'ONU Samantha Power.

«Il était temps, 70 ans après la création de l'ONU, que le sort des personnes LGTB (lesbiennes, gais, bisexuels et trans, NDLR) qui craignent partout dans le monde pour leur vie, soit porté sur le devant de la scène», a-t-elle déclaré.

Organisée par les États-Unis et le Chili, la réunion était ouverte à tous les membres du Conseil de sécurité mais l'Angola et le Tchad n'y ont pas participé. La Chine, la Malaisie, le Nigeria et la Russie ont envoyé des représentants mais ne sont pas intervenus durant la réunion du Conseil de sécurité.

Plus de 75 des 193 pays membres des Nations unies ont des lois criminalisant l'homosexualité.

«Dans ma société, être gai signifie la mort et lorsque l'EI tue des homosexuels, la plupart des gens sont contents parce qu'ils pensent que nous sommes démoniaques, et l'EI tire parti de cela», a déclaré Adnan.

Subhi Nahas a lui appelé devant le Conseil les gouvernements à accueillir ces victimes «pour qu'elles puissent à nouveau connaître la sécurité».

Les États-Unis sont à la tête d'une coalition internationale luttant contre le groupe EI, qui contrôle de larges pans de territoires en Irak et en Syrie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer