La Libye appelle à des frappes arabes contre l'EI

Mouvement de troupes de l'organisation État islamique dans la... (PHOTO ARCHIVES AFP/WELAYAT TARABLOS)

Agrandir

Mouvement de troupes de l'organisation État islamique dans la ville de Syrte, en Libye, en février 2015.

PHOTO ARCHIVES AFP/WELAYAT TARABLOS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
TRIPOLI

Le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale a de nouveau appelé les pays arabes à l'aide contre le groupe État islamique (EI), réclamant des frappes contre les positions de l'organisation djihadiste dans la cité de Syrte meurtrie par les combats.

Dans un communiqué officiel publié dans la nuit de samedi à dimanche, ce gouvernement exilé dans la ville d'Al-Bayda (est), se déclare «incapable de faire face à l'EI en raison de l'embargo sur les armes imposé à l'armée» par l'ONU depuis 2011.

Par conséquent, «nous exhortons les pays arabes frères [...] à lancer des frappes aériennes ciblées contre les positions de l'EI à Syrte en coordination avec les autorités concernées», ajoute-t-il.

De violents combats ont éclaté mardi à Syrte, des habitants aguerris ayant pris les armes pour tenter de déloger le groupe djihadiste de la ville qu'il contrôle depuis juin.

Le gouvernement siégeant à Al-Bayda et le gouvernement parallèle installé à Tripoli, tous deux hostiles à l'EI, encouragent les combattants dans leur lutte. Le gouvernement de Tripoli a affirmé avoir lancé des raids aériens contre les djihadistes à Syrte ces derniers jours.

Mais dimanche, un responsable local qui a requis l'anonymat a affirmé que «certains habitants armés qui avaient combattu l'EI se sont repliés et ont même quitté la ville». «Ils n'ont pas reçu d'aide concrète et significative des deux gouvernements et ont alors arrêté de combattre [...]», a-t-il ajouté.

En proie au chaos depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est livrée aux milices et compte deux Parlements et deux gouvernements qui se disputent le pouvoir. L'un est basé à Tripoli et l'autre à Al-Bayda, ce dernier étant le seul reconnu par la communauté internationale.

Une coalition de milices notamment islamistes, Fajr Libya, s'est emparée en 2014 de la capitale Tripoli, poussant le gouvernement reconnu ainsi que le Parlement à s'exiler dans l'est du pays. Sous les auspices de Fajr Libya, un gouvernement rival s'est autoproclamé à Tripoli.

Profitant de la situation anarchique, l'EI s'est implanté dans des régions du pays où elle a perpétré des attentats sanglants et décapité des étrangers.

«Un véritable massacre se produit à Syrte et nous appelons la communauté internationale à intervenir», a déclaré vendredi à l'AFP l'ambassadeur de Libye à Paris, Chibani Abouhamoud.

Une coalition internationale dirigée par les États-Unis mène des frappes aériennes contre les positions de l'EI en Syrie et en Irak où le groupe djihadiste s'est emparé de vastes territoires.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer