EI: les É.-U. déploient des chasseurs F-16 en Turquie

Un F-16 turc décollant de la base d'Incirlik, le 29... (PHOTO EMRAH GUREL, AP)

Agrandir

Un F-16 turc décollant de la base d'Incirlik, le 29 juillet.

PHOTO EMRAH GUREL, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BRUXELLES

Les États-Unis ont déployé dimanche six avions de chasse F-16 sur la base d'Incirlik (sud de la Turquie) «en soutien à la lutte contre l'État islamique», a écrit la mission américaine auprès de l'OTAN sur son compte Twitter.

C'est la première fois depuis le lancement de la coalition internationale qui bombarde ce groupe djihadiste en Irak et en Syrie, il y a un an, que les États-Unis pourront faire décoller des chasseurs depuis cette base stratégique, grâce à un accord signé avec la Turquie fin juillet.

Et en attendant d'y déployer des avions de chasse, les États-Unis avaient utilisé depuis Incirlik des drones armés pour effectuer des frappes contre des positions de l'EI.

Interrogée par l'AFP, une source turque a confirmé «l'arrivée ce jour de six jets américains, les premiers d'un détachement» dont elle n'a pas précisé la composition totale. Ces avions viennent d'Aviano, en Italie, a-t-on ajouté de même source.

Selon l'agence turque Dogan, un contingent de 300 militaires américains a aussi été déployé sur la base pour la coordination des opérations au sol.

Les avions de l'US Air force devaient jusqu'à présent décoller de bases plus éloignées pour aller frapper leurs cibles djihadistes, par exemple en Jordanie ou au Koweït.

Membre de l'OTAN, la Turquie avait jusqu'à récemment refusé de participer aux opérations de la coalition contre l'EI, de peur de favoriser l'action des Kurdes de Syrie combattant sur le terrain les djihadistes à proximité de sa frontière.

Mais l'attentat survenu le 20 juillet à Suruç (sud), qui a fait 32 morts et attribué à l'EI, a changé la donne et contraint Ankara à effectuer un tournant stratégique.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer