Syrie: 28 morts dans un bombardement de l'armée sur un fief de l'EI

Selon des ONG, le régime bombarde régulièrement les... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Selon des ONG, le régime bombarde régulièrement les zones tenues par les rebelles ou djihadistes avec des barils d'explosifs.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Au moins 28 personnes, en majorité des civils, ont péri samedi matin dans des bombardements du régime sur Al-Bab, une ville syrienne contrôlée par le groupe Etat islamique dans la province septentrionale d'Alep, a rapporté une ONG.

Parmi les 28 morts figurent «19 civils, dont trois enfants et trois femmes», a précisé l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH) qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.

Pour les neuf autres corps, qui ont été carbonisés, il n'était pas possible dire s'ils s'agissait de civils ou de membres de l'EI, a précisé à l'AFP Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH.

Selon les Comités de coordination locaux (LCC), un réseau de militants, les raids du régime ont visé un marché populaire.

L'armée syrienne, mais aussi la coalition antidjihadiste dirigée par Washington, bombarde régulièrement Al-Bab, tenue par les djihadistes de l'EI depuis début 2014.

Selon des ONG, le régime bombarde régulièrement les zones tenues par les rebelles ou djihadistes avec des barils d'explosifs - de gros barils d'huile ou de cylindres à gaz vidés de leur contenu et remplis de puissants explosifs et de ferraille -, des armes aveugles qui causent de nombreux morts et dégâts considérables.

Dans le bombardement de samedi, M. Abdel Rahmane a tenu à préciser que le régime avait eu recours à des conteneurs plus gros, «trois fois plus puissants» selon lui.

Le président Bachar al-Assad a démenti à plusieurs reprises le recours par son armée aux barils d'explosifs.

Toujours dans le nord du pays, une dizaine de frappes de la coalition internationale à l'aube sur Raqa, «capitale» de l'EI en Syrie, ont tué un responsable jihadiste local de nationalité saoudienne et trois combattants syriens du groupe ultraradical, d'après l'Observatoire.

Depuis septembre 2014, la coalition internationale mène des raids sur les positions de l'EI notamment dans le nord de la Syrie, permettant aux forces kurdes de gagner du terrain face aux jihadistes.

La guerre en Syrie qui a fait plus de 230 000 morts et plus de quatre millions de réfugiés, est devenue complexe avec plusieurs camps - régime, rebelles, kurdes, djihadistes - qui s'affrontent sur un territoire de plus en plus morcelé.

Dans le sud de la Syrie, un bombardement de l'armée vendredi soir sur une localité de la province de Deraa a décimé une famille entière alors qu'ils étaient attablés pour l'iftar, le repas de rupture du ramadan.

«Un couple et leurs cinq enfants ont été tués lorsque l'armée de l'air a largué un baril d'explosif sur la localité d'Al-Hara», indique l'OSDH.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer