Les rebelles islamistes du Caucase russe font allégeance à l'EI

Le «calife» autoproclamé de l'État islamique, Abou Bakr... (PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Le «calife» autoproclamé de l'État islamique, Abou Bakr Al-Baghdadi.

PHOTO ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Moscou

La rébellion armée islamiste dans le Caucase russe a prêté allégeance à l'organisation État islamique (EI), selon une vidéo publiée en ligne, alors qu'environ 2000 Russes combattraient dans ses rangs en Syrie et en Irak selon les services de renseignement russes.

«Nous annonçons notre allégeance et notre obéissance au calife Ibrahim ben Awwad Ibn Ibrahim al-Qoureishi al-Husseini», connu sous le nom d'Abou Bakr al-Baghdadi, annonce cette vidéo mise en ligne dimanche par le principal groupe de rebelles islamistes en Russie, «l'Émirat du Caucase».

«Nous témoignons de ce que tous les combattants du Caucase, de la wilaya (division administrative) de Tchétchénie, de Daguestan, d'Ingouchie et de Kabardino-Balkarie sont unis dans cette décision et que nous n'avons pas de désaccords», continue-t-il en russe, avec des sous-titres en arabe.

Mardi, le porte-parole de l'organisation État islamique, Abou Mohamed al-Adnani, avait «félicité les soldats de l'État islamique dans le Caucase». Abou Bakr al-Baghdadi «a accepté votre allégeance et nommé cheikh Abou Mohamad al-Qadari comme wali (gouverneur) du Caucase», avait-il indiqué dans un enregistrement.

La Russie a annoncé fin avril avoir tué, lors d'une opération des forces spéciales au Daguestan, une république instable du Caucase russe, le dirigeant de l'Émirat du Caucase, Aliaskhab Kebekov, qui avait pris la tête de l'organisation en 2014.

C'est la première fois que l'ensemble de la rébellion islamiste dans le Caucase russe officialise son ralliement à l'EI, pour qui se battent déjà 2000 citoyens russes selon les services de renseignement.

Ce ralliement intervient alors que la Russie, à l'instar de plusieurs pays d'Europe et d'Asie centrale, connait une recrudescence de cas de jeunes filles partant en Syrie. Les autorités turques ont ainsi arrêté début juin 14 Russes, dont six femmes parmi lesquelles une étudiante moscovite de 19 ans, qui tentaient d'entrer en Syrie.

Mais la majorité des candidats russes au jihad sont originaires des républiques instables du Caucase russe, notamment de Tchétchénie, théâtre d'une guerre d'indépendance avec les troupes russes de 1994 à 1996, avant une seconde guerre en 1999 qui a tourné ces dernières années à la rébellion islamiste. Les gorges du Pankissi, en Géorgie, à la frontière de la Tchétchénie, fournissent également leur lot de combattants.

Preuve de l'intérêt grandissant de l'EI pour la Russie, l'organisation terroriste a lancé fin mai une version russe de son magazine officiel, intitulé Istok («Source»).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer