Mort du plus jeune kamikaze britannique

Talha Asmal, dont la photo s'étalait lundi à... (IMAGE AP)

Agrandir

Talha Asmal, dont la photo s'étalait lundi à la une des médias britanniques, est présenté comme le plus jeune auteur britannique d'attentat-suicide après que le groupe EI l'eut identifié comme étant l'un des quatre conducteurs de voitures piégées lancées contre des positions des forces de sécurité à Hajjaj, sur la route entre Tikrit et Baïji, au nord de Bagdad.

IMAGE AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

Un Britannique de 17 ans combattant dans les rangs du groupe djihadiste État islamique (EI) a été présenté lundi par les médias britanniques comme le plus jeune kamikaze originaire de son pays, après un attentat-suicide en Irak.

Talha Asmal, dont la photo s'étalait lundi à la une des médias britanniques, est présenté comme le plus jeune auteur britannique d'attentat-suicide après que le groupe EI l'eut identifié comme étant l'un des quatre conducteurs de voitures piégées lancées contre des positions des forces de sécurité à Hajjaj, sur la route entre Tikrit et Baïji, au nord de Bagdad.

Ces attentats, perpétrés samedi par des kamikazes allemand, anglais, koweïtien et palestinien selon l'EI, ont fait 11 morts au sein des forces de sécurité irakiennes.

Ce jeune homme de 17 ans, originaire de Dewsbury dans le West Yorkshire (nord de l'Angleterre) et qui répondait au nom de guerre d'«Abu Yusuf al-Britani», a été présenté comme «un adolescent aimant, gentil, prévenant et affable» par sa famille qui s'est dite «dévastée et le coeur brisé par la tragédie innommable» de sa mort.

Il avait quitté le Royaume-Uni le 31 mars dernier, en compagnie de son ami Hassan Munshi, également âgé de 17 ans, pour rejoindre la Syrie via la Turquie.

C'est aussi dans la ville de Dewsbury qu'aurait vécu Mohammad Sidique Khan, le cerveau des attentats de Londres en 2005 (52 morts).

Au Kenya, un autre djihadiste britannique combattant dans les rangs des islamistes somaliens shebab a probablement été tué dimanche lors d'une attaque contre une base de l'armée kényane, a annoncé lundi un porte-parole des Forces de défense du Kenya (KDF).

Selon des chiffres officiels, 600 à 700 Britanniques seraient partis combattre en Syrie et en Irak, parmi lesquels près de 300 seraient rentrés au Royaume-Uni.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer