L'EI détruit la prison de Palmyre, symbole du régime syrien

Cette photo fournie par les services médias de... (PHOTO AFP / WELAYAT HOMS)

Agrandir

Cette photo fournie par les services médias de l'État islamique montre la prison détruite de Palmyre, «symbole de la terreur des Assad».

PHOTO AFP / WELAYAT HOMS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Zein Al-Rifai, Rana Moussaoui
Agence France-Presse
ALEP, BEYROUTH

Le groupe État islamique (EI) a fait exploser la prison de Palmyre, un des symboles de la répression du régime syrien, qui, selon une ONG, a perpétré samedi une nouvelle tuerie dans la province d'Alep avec 71 civils tués dans des raids aériens.

En Irak voisin, les forces gouvernementales ont avancé vers Ramadi, cherchant à isoler les djihadistes de l'EI dans cette ville de l'ouest avant d'y donner l'assaut.

Dans le centre de la Syrie, le groupe ultra-radical a fait exploser la prison de Palmyre, un des établissements pénitentiaires les plus redoutés de Syrie. Cette grande prison en plein désert, dont le seul nom terrorisait les Syriens, a «été détruite en grande partie après que l'EI a eu planté des bombes à l'intérieur et dans ses environs», selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

La ville antique du centre de la Syrie avait été prise il y a dix jours par les djihadistes. L'EI a diffusé sur internet plusieurs photos de la destruction présumée de la prison.

Symbole de terreur 

L'opposition syrienne en exil, hostile aussi bien au régime qu'à l'EI, a regretté la destruction de ce «symbole de la terreur des Assad». «L'EI efface une preuve de la criminalité du clan des Assad», a tweeté Mohammad Sarmini, membre de l'opposition.

«La prison de Palmyre est un témoin des crimes du siècle», commente un militant sur Twitter.

La prison de Palmyre est tristement célèbre pour le massacre de centaines de détenus par le régime en 1980, au temps de Hafez al-Assad, père de l'actuel président Bachar al-Assad.

Des prisonniers politiques y ont croupi et été torturés pendant de longues années, avant que le régime n'y envoie surtout des insoumis et des déserteurs avec le début de la révolte de 2011. Avant la chute de Palmyre aux mains de l'EI, les détenus ont été transférés vers d'autres prisons de Syrie, selon l'OSDH.

L'EI a diffusé récemment une vidéo inédite des geôles, notamment les cellules individuelles où à peine la lumière du jour filtrait.

Des hommes constatent les ravages à Al-Chaar, le quartier... (PHOTO ZEIN AL-RIFAI, AFP) - image 2.0

Agrandir

Des hommes constatent les ravages à Al-Chaar, le quartier rebelle de la ville d'Alep, détruit par des raids.

PHOTO ZEIN AL-RIFAI, AFP

Lourd bilan à Alep 

Dans la province syrienne d'Alep, les barils d'explosifs largués par les hélicoptères des zones rebelles ont fait 71 morts, l'un des bilans les plus lourds dans cette région du nord du pays, selon l'OSDH.

Au moins 59 civils ont péri dans la ville d'Al-Bab sous contrôle de l'EI et 12 à Al-Chaar, quartier rebelle de la ville d'Alep, d'après l'ONG.

«Il s'agit d'un des plus grands massacres commis par l'armée de l'air du régime depuis le début de l'année», a dénoncé la Commission générale de la révolution syrienne (CGRS), un réseau de militants.

Les raids y ont ciblé un marché à une heure de grande affluence, selon l'OSDH. Un correspondant de l'AFP sur place a vu des cadavres posés sous des couvertures noires à Al-Chaar.

Le régime a commencé en 2013 à larguer sur Alep ces bombes remplies de puissants explosifs et de ferraille, qui ont déjà fait plusieurs centaines de morts dans cette province depuis le début de l'année. Cette pratique est régulièrement dénoncée par les ONG.

Si Alep, la deuxième ville du pays, est divisée depuis 2012 entre une partie Est aux mains des insurgés et une partie Ouest contrôlée par le régime, les forces loyalistes ne contrôlent que quelques secteurs dans la province éponyme, le reste étant aux mains des rebelles et de l'EI.

Plus de 220 000 personnes ont péri depuis quatre ans dans ce conflit syrien, qui a débuté par un soulèvement pacifique réprimé par le régime et est devenu une guerre brutale et complexe avec l'apparition de groupes djihadistes comme l'EI.

Le régime syrien a connu de nombreuses défaites ces derniers mois, la dernière étant la perte de la province d'Idleb (nord-ouest) au profit d'une coalition de combattants d'Al-Qaïda et de rebelles islamistes.

Selon l'OSDH, l'EI contrôle actuellement la moitié du territoire syrien, principalement les régions du nord et de l'est, et avance dans le centre.

Avancée vers Ramadi 

Dans la province irakienne d'Al-Anbar, frontalière de la Syrie, les forces fédérales, aidées dans leur contre-offensive par des milices chiites, ont repris un secteur à l'ouest de Ramadi, sa capitale conquise le 17 mai par l'EI.

Selon un colonel, l'EI a lancé une série de huit attentats suicide à la voiture piégée sur une base militaire dans l'est de la province d'Al-Anbar mais l'armée, équipée de missiles guidés anti-chars Kornet, a réussi à toutes les stopper.

Après la fuite de dizaines de milliers d'Irakiens de la zone de Ramadi, l'ONG Human Rights Watch a appelé les autorités irakiennes à «lever les restrictions» qui empêchent des milliers de familles -principalement sunnites- à quitter le secteur des combats pour se réfugier à Bagdad.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer