Douze Australiennes ont tenté de rejoindre l'EI

Des femmes regardent des chaussures dans un magasin... (PHOTO ARCHIVES REUTERS/STRINGER)

Agrandir

Des femmes regardent des chaussures dans un magasin de Raqqa, bastion du groupe armé État islamique, le 14 septembre dernier. L'EI a fait de cette ville syrienne la «capitale politique» de son «califat autoproclamé».

PHOTO ARCHIVES REUTERS/STRINGER

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
SYDNEY

Au moins 12 Australiennes ont tenté de rejoindre le groupe armé État islamique (EI), a déclaré la police vendredi, mettant en garde celles qui seraient tentées de les imiter contre une «vision romantique» des djihadistes.

Plus de 100 Australiens sont partis rejoindre les rangs de l'EI en Irak et en Syrie et les autorités australiennes s'inquiètent de la menace qu'ils représentent en cas de retour sur le sol australien. Au moins 30 d'entre eux ont été tués à l'étranger.

La commissaire adjointe de la police de l'État de Victoria Tracy Linford a expliqué que les personnes attirées par l'EI étaient en général plutôt des jeunes, généralement isolés et recrutés via les réseaux sociaux.

S'agissant des femmes, a-t-elle dit, elles ont souvent une représentation romantique de la vie dans les zones sous contrôle de l'EI.

Douze Australiennes originaires de la seule ville de Melbourne ont tenté de rejoindre ses rangs, a dit la policière.

D'après la presse australienne, une mère de famille de Sydney vient d'abandonner ses deux enfants et de partir pour les zones sous contrôle de l'EI en Syrie.

«Nous pensons que les jeunes femmes en particulier ont une vision romantique de ce qu'elles vont vivre dans ces zones de conflit», a-t-elle déclaré.

«Les gens qui s'y trouvent déjà leur disent: "venez, vous jouerez un rôle important dans le califat, vous donnerez naissance à des enfants djihadistes et contribuerez à la croissance de l'EI"», a-t-elle dit. «Elles croient qu'elles vont être mises sur un piédestal et très bien traitées, mais la vérité c'est que cela ne va pas être le cas», a-t-elle souligné, citant des cas de mariages arrangés et d'esclavage sexuel, ajoutés à des conditions de vie déplorables et à de sévères restrictions de leur liberté de mouvement.

L'Australie a relevé en septembre 2014 son niveau d'alerte contre le terrorisme.

Le premier ministre Tony Abbott avait annoncé dimanche dernier que l'Australie allait adopter de nouvelles lois antiterroristes, dans le cadre desquelles les binationaux liés au terrorisme seraient déchus de leur nationalité australienne.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer