Le chef de l'EI «gravement blessé»: le Pentagone dément

Le «calife» Ibrahim alias Abou Bakr al-Baghdadi.... (PHOTO ARCHIVES AP)

Agrandir

Le «calife» Ibrahim alias Abou Bakr al-Baghdadi.

PHOTO ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

La Presse Canadienne
WASHINGTON

Le Pentagone ne pense pas que le chef du groupe armé État islamique (EI) Abou Bakr al-Baghdadi a été blessé dans une frappe aérienne de la coalition contre l'EI, comme l'affirment certains médias, a indiqué mardi un porte-parole du Pentagone.

Cette information «avait déjà émergé» à la mi-mars, et le Pentagone avait alors estimé «qu'il n'y avait rien pour indiquer que Baghdadi avait été blessé ou tué», a déclaré le colonel Steven Warren, porte-parole du Pentagone.

Aujourd'hui, «il n'y a rien qui indique un changement» dans cette évaluation, a-t-il ajouté.

Le quotidien britannique The Guardian a indiqué mardi que Baghdadi avait été «sérieusement blessé» le 18 mars dans l'ouest de l'Irak dans une frappe de la coalition aérienne contre l'organisation EI menée par les États-Unis.

Le porte-parole du Pentagone a précisé que le chef de l'EI «n'était pas» une cible des frappes qui ont eu lieu à ce moment-là.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer