Syrie: au moins 37 personnes, dont des enfants, exécutées par l'EI

Un militant du groupe État islamique.... (PHOTO ARCHIVES AP/RAQQA MEDIA OFFICE)

Agrandir

Un militant du groupe État islamique.

PHOTO ARCHIVES AP/RAQQA MEDIA OFFICE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Les djihadistes du groupe État islamique (EI) ont exécuté mardi au moins 37 personnes, dont des enfants, dans un raid contre un village mixte de la province de Hama, dans le centre de la Syrie, selon une ONG.

«L'EI a effectué mardi un raid contre le village de Majaoubé, où cohabitent des sunnites, des alaouites et des ismaélites. Selon un dernier bilan, ils ont exécuté par balles, brûlé et décapité au moins 37 personnes, dont des femmes et des enfants», a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) Rami Abdel Rahmane.

Une source officielle a fait état de 48 morts et 21 blessés dans l'attaque à Majaoubé, situé à l'est de Hama, affirmant qu'elle avait été repoussée.

L'OSDH a également indiqué que l'EI s'était retiré et précisé que l'aviation militaire avait bombardé des positions de l'EI, qui essaie de couper l'unique route du régime reliant Homs à Alep.

Les 20 et 21 mars, plus de 83 membres des forces du régime et des supplétifs avaient été tués dans des attaques menées par l'EI dans le même secteur, selon l'OSDH.

Par ailleurs, selon l'OSDH, 32 personnes ont été tuées durant les dernières 48 heures lors de raids de l'aviation sur Idleb, une ville du nord prise samedi au régime par le Front Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda, et des groupes islamistes.

Le Croissant rouge syrien a publié sur son site des photos de son centre d'Idleb détruit durant les combats, affirmant qu'il y avait eu «quelques blessés» mais ne précisant pas qui l'avait détruit.

À Genève, le bureau des droits de l'Homme de l'ONU a exprimé son inquiétude sur la situation à Idleb. «Nous sommes très inquiets par rapport à la situation des droits de l'Homme à Idleb» après la prise de la localité par les rebelles, a affirmé dans un breffage sa porte-parole Cécile Pouilly.

Elle s'est également dite préoccupée par la situation à Foua et Kafraya, deux localités chiites près d'Idleb, encerclées par les rebelles.

Un dirigeant de la coalition islamiste, qui a pris Idleb, a averti que si le régime continuait à bombarder Idleb, il riposterait en frappant ces deux villes.

Par ailleurs, l'agence officielle Sana a annoncé que l'armée s'était emparée des collines autour de Zabadani, ville rebelle à une cinquantaine de kilomètres au nord-ouest de Damas. L'OSDH a également fait état d'une avance de l'armée à l'ouest de Zabadani.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer