Un rappeur allemand sur une liste antiterroriste

Denis Cuspert... (Image tirée de YouTube)

Agrandir

Denis Cuspert

Image tirée de YouTube

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
Washington

Les États-Unis ont inscrit sur leur liste noire des organisations «terroristes» l'ancien rappeur allemand Denis Cuspert, considéré comme un combattant du groupe État islamique (EI) en Syrie et en Irak, a annoncé lundi le département d'État.

Agé de 39 ans et né à Berlin, M. Cuspert est l'un des islamistes djihadistes de l'EI les plus connus d'Allemagne.

La diplomatie américaine a précisé dans un communiqué qu'il figurait dorénavant sur une liste de «terroristes internationaux», ce qui a pour conséquence de geler «tous les biens» de M. Cuspert «sous juridiction américaine» et d'«interdire» à tout ressortissant américain de commercer avec lui.

Denis Cuspert, un ancien rappeur berlinois qui se fait maintenant appeler Abou Talha al-Almani, a déjà été épinglé par la commission de l'ONU chargée des sanctions contre Al-Qaïda, rappelle le département d'État.

D'après Washington, M. Cuspert est «un combattant terroriste étranger dans les rangs de l'EI», un groupe ultra-radical sunnite déjà considéré par les États-Unis comme une «organisation terroriste étrangère».

Le département d'État pense que ce ressortissant allemand a rejoint l'EI en 2012 et est apparu depuis dans de nombreuses vidéos du groupe, la dernière fois en novembre où «il semble tenir une tête coupée en affirmant qu'elle est celle d'un homme exécuté pour s'être opposé à l'EI».

«Cuspert a fait serment de loyauté envers le chef de l'EI Abou Baqr al-Baghdadi et semble servir d'agent recruteur pour l'EI, notamment de germanophones», estime Washington, qui y voit un cas «emblématique des recrues étrangères de l'EI».

Les États-Unis, comme leurs alliés occidentaux, s'alarment de ces «combattants étrangers» qui ont «perpétré des crimes dans leurs pays et qui se rendent ensuite en Irak et en Syrie pour y commettre des crimes bien plus graves».

Cette annonce a été faite le jour de la visite à la Maison-Blanche de la chancelière allemande Angela Merkel pour des entretiens avec le président Barack Obama centrés sur l'Ukraine.

Les combattants allemands aux côtés de l'EI encourent à leur retour en Allemagne des poursuites pour «crime de guerre», a rapporté dimanche le journal Welt am Sonntag. D'après l'hebdomadaire, le procureur fédéral a déjà lancé deux enquêtes à ce motif, dont une contre Denis Cuspert.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer