Irak: un «expert en armes chimiques» de l'EI tué dans un bombardement

La coalition a mené plus de 2000 frappes... (Photo Ahmed Saad, Reuters)

Agrandir

La coalition a mené plus de 2000 frappes aériennes contre l'EI en Syrie et en Irak depuis le 8 août, dont des attaques ciblées sur des chefs du groupe extrémiste.

Photo Ahmed Saad, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Un «expert en armes chimiques» du groupe État islamique (EI) a été tué dans un bombardement allié samedi dernier près de Mossoul en Irak, a annoncé vendredi le commandement militaire américain au Moyen-Orient (Centcom).

Selon un responsable du Pentagone, il s'agit de «Abou Malik» aussi connu sous le nom de «Saleh Jassim Mohammed Falah al-Saba» un «expert en armes chimiques qui a travaillé dans l'usine Al-Muthanna de Saddam Hussein, avant de rejoindre Al-Qaïda en 2005».

«Il a été impliqué dans la production d'armes chimiques en 2005, et planifié des attaques à Mossoul avec Al-Qaïda en Irak», selon le responsable.

«Sur la base de son entraînement et de son expérience, on le jugeait capable de créer de dangereuses substances chimiques», a-t-il indiqué. Il représentait «une menace potentielle pour des civils innocents de la région», d'où la décision de frapper, selon le responsable.

Selon le responsable, la coalition «sait que l'EI essaie de se doter d'une capacité chimique», mais «n'a pas la confirmation» qu'elle y est déjà arrivée.

L'armée américaine n'avait pas jusqu'à présent évoqué le nom d'Abou Malik.

La coalition a mené plus de 2000 frappes aériennes contre l'EI en Syrie et en Irak depuis le 8 août, dont des attaques ciblées sur des chefs du groupe extrémiste.

L'usine Al-Muthanna avait commencé à produire du gaz moutarde et d'autres gaz chimiques, dont du sarin, au début des années 80. Mais selon la CIA, ce complexe avait ensuite été fermé après la première guerre du Golfe. Au début des années 90, il a été utilisé pour superviser la destruction des stocks irakiens d'armes chimiques. L'EI était entré sur le site au mois de juin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer