L'ONU réclame 8,4 milliards pour aider les victimes du conflit syrien

Plus de trois millions de personnes ont fui... (Photo Omar Ibrahim, Archives REUTERS)

Agrandir

Plus de trois millions de personnes ont fui la Syrie pour trouver refuge dans des pays voisins comme le Liban ou la Jordanie. Sur la photo, des réfugiés dans la ville libanaise de Tripoli.

Photo Omar Ibrahim, Archives REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BERLIN

L'ONU a réclamé jeudi à Berlin 8,4 milliards de dollars à la communauté internationale afin d'aider les quelque 18 millions de personnes, en Syrie et alentour, victimes d'un conflit qui a démarré en 2011.

Selon l'ONU, 2,9 milliards de dollars seront nécessaires en 2015 pour aider 12,2 millions de personnes à l'intérieur de la Syrie. Et il faudra encore 5,5 autres milliards, notamment pour venir en aide aux Syriens qui ont fui dans les pays voisins comme le Liban ou la Jordanie.

Cet appel est sensiblement supérieur à l'annonce formulée début décembre à Genève (7,2 milliards de dollars).

Plus de trois millions de personnes ont fui la Syrie, pour trouver refuge dans des pays voisins comme le Liban ou la Jordanie. Et d'ici fin 2015, environ 4,3 millions de personnes vont encore fuir le pays, estime l'ONU.

«Je ne me souviens pas que le renflouement de n'importe quelle banque de taille moyenne ait coûté moins que ça», a lancé le Haut-Commissaire aux Réfugiés, Antonio Guterres, à l'adresse de «ceux qui trouvent que cela fait beaucoup d'argent».

Les personnes déplacées à l'intérieur de la Syrie ont épuisé leurs réserves et les pays qui accueillent des réfugiés ont atteint «le point de rupture», a-t-il encore dit à des journalistes.

«Les gens touchés par le conflit ont besoin de nourriture, ils ont besoin d'abris, d'eau, de médicaments et de protection», a insisté Valerie Amos, secrétaire générale adjointe pour les Affaires humanitaires et la coordination des secours d'urgence.

«Ils ont aussi besoin d'aide pour reconstruire leurs moyens de subsistance, les services d'éducation et de santé et rassembler les communautés morcelées», a-t-elle ajouté.

«La crise humanitaire en Syrie et dans les pays voisins menace la stabilité de toute la région», a souligné de son côté le ministre des Affaires étrangères allemand, Frank-Walter Steinmeier.

«C'est un appel à la solidarité de toutes les nations mon pays va y contribuer», a-t-il ajouté.

Berlin avait déjà accueilli en octobre une conférence internationale sur les réfugiés lors de laquelle une quarantaine de pays s'étaient engagés à apporter un soutien financier durable aux pays voisins de la Syrie.

Plus de 200 000 personnes ont été tuées depuis que le conflit syrien a éclaté, en mars 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer