Un accord de coopération entre l'ÉI et Al-Qaïda aurait été scellé

Un tel accord pourrait donner des maux de... (PHOTO ARCHIVES REUTERS/FBI)

Agrandir

Un tel accord pourrait donner des maux de tête supplémentaires aux autorités américaines et miner la stratégie échafaudée par Washington pour freiner la progression de l'ÉI.

PHOTO ARCHIVES REUTERS/FBI

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Deb Riechmann
Associated Press
ISTANBUL

Selon un haut responsable de l'opposition syrienne et l'un des chefs des rebelles, les dirigeants de l'État islamique (ÉI) et d'Al-Qaïda se sont retrouvés dans une ferme du nord de la Syrie, la semaine dernière, où ils se seraient entendus pour enterrer la hache de guerre et pour lutter ensemble contre leurs ennemis communs.

Un tel accord pourrait donner des maux de tête supplémentaires aux autorités américaines et miner la stratégie échafaudée par Washington pour freiner la progression de l'ÉI.

Alors que la coalition menée par les États-Unis frappe les militants de ce groupe du haut des airs, l'entourage du président Barack Obama a choisi de compter sur des factions rebelles modérées pour les repousser sur le terrain.

Ces dernières, qui sont déjà considérées comme relativement faibles et désorganisées, seraient obligées de faire face à une opposition nettement plus musclée si l'État islamique et Al-Qaïda avaient bel et bien décidé d'unir leurs forces.

L'ÉI - qui s'est déjà emparé de près du tiers des territoires de la Syrie et de l'Irak en misant sur une campagne de terreur comprenant notamment des décapitations hautement médiatisées - et le Front al-Nosra, un groupe affilié à Al-Qaïda, se sont battus sauvagement pendant plus d'un an pour pouvoir diriger la rébellion contre le président syrien Bachar Al-Assad.

Le mois dernier, l'Associated Press avait rapporté qu'il existait certains signes suggérant que la querelle de longue date entre ces camps rivaux commençait à s'estomper. Il y avait entre autres eu des trêves locales informelles.

D'après des sources appartenant à des groupes rebelles s'opposant à la fois à l'État islamique et au Front al-Nosra, la nouvelle entente qui aurait été conclue entre ces organisations prévoirait de mettre fin aux luttes les opposant afin de pouvoir attaquer de concert certaines zones du nord de la Syrie.

La coopération ne signifierait cependant pas qu'il existerait une union formelle entre les deux groupes.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer