Les Kurdes repoussent un nouvel assaut djihadiste à Kobané

Au total, la coalition menée par les États-Unis... (Photo BULENT KILIC, AFP)

Agrandir

Au total, la coalition menée par les États-Unis a procédé à plus de 600 raids aériens contre l'EI et largué plus de 1700 bombes en Syrie et en Irak, selon le Commandement militaire américain pour le Moyen-Orient et l'Asie centrale (Centcom).

Photo BULENT KILIC, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Fulya OZERKAN, Rana MOUSSAOUI
Agence France-Presse
MURSITPINAR et Beyrouth

Les forces kurdes défendant la ville syrienne de Kobané ont repoussé un nouvel assaut des djihadistes du groupe État islamique (EI) dans l'attente des premiers renforts de peshmergas irakiens qu'elles espèrent en début de semaine.

En dehors de cette troisième ville kurde de Syrie qui mobilise l'attention internationale depuis des semaines, des bombardements de l'armée syrienne ont causé samedi soir et dimanche la mort d'au moins 43 civils, dont 13 enfants, dans des zones contrôlées par les rebelles, a indiqué l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Les rebelles ont perdu de nombreux bastions depuis un an face au régime appuyé par le Hezbollah chiite libanais, mais aussi face aux extrémistes sunnites de l'EI dans le nord et l'est du pays. Ils tentent de conserver notamment leurs bastions dans la province septentrionale d'Alep, où ils doivent affronter leurs deux ennemis alors qu'ils sont nettement moins bien équipés.

À Kobané, les djihadistes ont échoué pour la quatrième nuit consécutive à prendre le contrôle d'un quartier du nord proche de la frontière avec la Turquie.

L'EI se focalise sur ce lieu «afin d'assiéger» les combattants des Unités de protection du peuple kurde (YPG) «dans la ville, couper leur voie d'approvisionnement et les empêcher d'évacuer leurs blessés vers la Turquie», selon l'ONG.

Les djihadistes poussent avant l'arrivée, annoncée pour les prochains jours, de plusieurs dizaines de combattants du Kurdistan irakien (peshmergas) que la Turquie a autorisés à transiter par son territoire pour participer à la défense de la ville.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a cependant accusé le principal parti kurde de Syrie, le Parti de l'union démocratique (PYD), dont l'YPG est le bras armé, de ne pas vouloir de l'aide des pershmergas par crainte de perdre son influence, selon la presse turque.

Ankara reproche au PYD à la fois d'être trop proche du régime de Bachar al-Assad et d'être le bras armé en Syrie du Parti des Travailleurs du Kurdistan (PKK), qui lutte depuis trois décennies en Turquie pour l'indépendance du Kurdistan. En revanche, Ankara a amélioré ses relations avec le Kurdistan irakien.

Tensions au Liban

En 40 jours depuis le début de l'offensive de l'EI, la «bataille de Kobané» a fait plus de 800 morts, dont 481 jihadistes, 302 combattants kurdes et 21 civils, selon un décompte de l'OSDH qui ne prend pas en compte les victimes des frappes de la coalition.

L'armée américaine a annoncé dimanche que cinq frappes avaient détruit sept véhicules et un bâtiment de l'EI dans la zone de Kobané.

Le conflit syrien avive par ailleurs les tensions dans le nord du Liban, en particulier dans la grande ville de Tripoli, où l'armée a délogé samedi du centre historique des hommes armés sunnites soupçonnés d'avoir fait allégeance à Al-Nosra, branche syrienne d'Al-Qaïda

Ce dernier a menacé dimanche d'exécuter des soldats libanais qu'il retient en otage si l'armée ne mettait pas fin à son offensive. «Nous mettons en garde l'armée libanaise contre une escalade militaire visant les sunnites à Tripoli», a-t-il indiqué dans un communiqué mis en ligne.

Un nouveau soldat a été enlevé dimanche dans un quartier sunnite de Tripoli, selon l'armée.

Depuis début août, Al-Nosra retient comme otages 27 soldats et policiers libanais capturés lors de combats contre l'armée dans l'est du Liban frontalier de la Syrie. Les djihadistes réclament notamment le retrait du mouvement chiite libanais Hezbollah de Syrie, où il combat aux côtés des forces du régime.

Une trentaine de frappes en Irak

En Irak, la coalition conduite par les États-Unis a conduit une trentaine de frappes entre vendredi et dimanche. Elles ont en particulier visé des positions de l'EI près du barrage de Mossoul (nord), le plus grand du pays, qui avait été repris fin août par les forces kurdes et gouvernementales et dont l'importance stratégique est majeure.

Aidées par le soutien aérien, les forces kurdes irakiennes ont pu reprendre samedi aux djihadistes la ville de Zoumar, au nord-ouest de Mossoul, après des semaines de combats.

Mais les djihadistes progressent dans d'autres zones, notamment dans le nord où ils assiègent de nouveau le Mont Sinjar, où sont prises au piège des centaines de familles yazidies.

Après l'Iran la semaine dernière, le premier ministre irakien Haïdar al-Abadi a poursuivi son offensive diplomatique en Jordanie, où il s'est entretenu avec le roi Abdallah II et son homologue Abdallah Nsour de la stratégie pour lutter contre l'EI.

Par ailleurs, les services de renseignement allemands estiment que l'EI possède des lance-missiles capables de toucher des avions de ligne, a indiqué dimanche le journal Bild am Sonntag.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer