L'EI a-t-il utilisé du chlore contre les policiers irakiens?

Le chef de la diplomatie américaine a indiqué... (PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS)

Agrandir

Le chef de la diplomatie américaine a indiqué devant des journalistes qu'il ne pouvait pas confirmer à ce stade ces informations, mais que les États-Unis prenaient de telles «allégations très au sérieux».

PHOTO JONATHAN ERNST, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les États-Unis cherchent à vérifier des informations selon lesquelles le groupe État islamique (EI) aurait utilisé du chlore contre des policiers irakiens le mois dernier, a déclaré vendredi le secrétaire d'État américain John Kerry.

Le chef de la diplomatie américaine a indiqué devant des journalistes qu'il ne pouvait pas confirmer à ce stade ces informations, mais que les États-Unis prenaient de telles «allégations très au sérieux».

Le Washington Post écrit vendredi que 11 policiers irakiens ont été conduits dans un hôpital à 80 kilomètres au nord de Bagdad le mois dernier, alors qu'ils souffraient de nausées et de vomissements et avaient du mal à respirer.

Les médecins ont estimé qu'ils avaient été victimes d'une attaque au gaz toxique, que les combattants djihadistes de l'EI sont soupçonnés d'avoir menée.

Les forces de sécurité irakiennes ont affirmé que deux autres attaques au chlore avaient eu lieu depuis l'été, selon le Post, qui explique que les détails restent imprécis.

«Non, je ne suis pas en mesure de confirmer» ces informations, a déclaré John Kerry à la presse, à l'issue d'une rencontre avec son homologue sud-coréen Yun Byung-se.

«Nous cherchons des informations supplémentaires afin d'être en mesure de déterminer si nous pouvons ou non confirmer» ces allégations, a-t-il ajouté.

Pour le secrétaire d'État, «l'utilisation de toute arme chimique est un acte abominable, cela va à l'encontre du droit international et ces récentes allégations soulignent l'importance du travail que nous sommes actuellement en train de mener», a-t-il estimé.

John Kerry a toutefois précisé que ces informations n'allaient pas changer la stratégie des États-Unis qui ont construit une coalition internationale pour combattre les djihadistes de l'EI qui se sont emparés de vastes pans de territoires en Irak et en Syrie.

Cela pourrait affecter «des décisions tactiques» prises dans le cadre de la stratégie américaine, mais les États-Unis «amènent pas à pas la coalition à s'engager davantage pour être capable d'épauler l'armée irakienne et de prendre des mesures contre l'EI», a encore dit M. Kerry.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer