Les CF-18 canadiens partis pour le Proche-Orient

Des avions CF-18.... (Photo d'archives)

Agrandir

Des avions CF-18.

Photo d'archives

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Bob Weber
La Presse Canadienne
COLD LAKE

Six chasseurs CF-18 canadiens ont quitté mardi la base militaire de Cold Lake, en Alberta, pour joindre dans quelques jours la mission internationale contre le groupe armé État islamique en Irak.

Les six supersoniques Hornet doivent gagner bientôt le Koweït, où sera située la base canadienne d'opérations dans la région. Cette base accueillera aussi environ 600 militaires canadiens, en plus de deux avions de surveillance et d'un avion de ravitaillement en vol. Les appareils canadiens devraient commencer à participer aux missions internationales d'ici la fin du mois.

Le ministre de la Défense nationale, Rob Nicholson, était à Cold Lake mardi matin pour saluer les militaires canadiens qui sont partis au Proche-Orient. Il a par ailleurs rendu hommage à un militaire canadien mort ici au pays: l'adjudant Patrice Vincent, happé lundi à Saint-Jean-sur-Richelieu par une voiture conduite par un homme qui faisait partie des 90 personnes visées par une enquête de la Gendarmerie royale du Canada.

Les autorités canadiennes craignent que des Canadiens «radicaux» ne commettent des attentats au pays en représailles à la décision d'Ottawa de participer, pendant six mois, à la mission militaire menée par les États-Unis contre le groupe ÉI au Moyen-Orient.

«Alors que nous déployons nos CF-18 et nos avions Hercules, les Canadiens devraient être fiers de ces hommes et de ces femmes en uniforme qui veulent assurer notre sécurité», a indiqué le ministre Nicholson aux journalistes, sur la base de Cold Lake. «Les militaires des Forces armées canadiennes représentent ce qu'il y a de mieux de ce pays, et la mort de l'un d'entre eux, dans un geste aussi insensé, ne fera que renforcer notre détermination.»

En plus des appareils et des militaires déployés au Koweït, le Canada a aussi fourni environ un million de kilos d'équipement militaire aux forces de sécurité irakiennes, et participe à la formation de ses membres.

Les journalistes ont été tenus à distance, mardi matin à Cold Lake, afin que les images prises ne puissent identifier les pilotes qui marchaient sur le tarmac de l'aéroport militaire pour monter à bord de leur chasseur. Les journalistes n'ont pas eu accès non plus aux proches des militaires partis mardi.

Le commandant de la base, le colonel Eric Kenny, a expliqué qu'on voulait ainsi protéger les familles des militaires contre tout acte de représailles de sympathisants ou de membres du groupe ÉI ici au pays.

Ni le ministre Nicholson ni le colonel Kenny n'ont voulu dire si les événements de lundi à Saint-Jean-sur-Richelieu ont poussé les autorités militaires à adopter de nouvelles mesures pour protéger les soldats au Canada.

«Soyez assurés que la sécurité et le bien-être du personnel des Forces armées canadiennes constituent une priorité pour ce gouvernement», a simplement indiqué le ministre de la Défense, en demandant tout de même aux militaires de faire preuve de vigilance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer