GB: au moins cinq Britanniques rejoignent l'EI chaque semaine

Des combattants du groupe État islamique paradent dans... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Des combattants du groupe État islamique paradent dans les rues de Raaqa, en Syrie.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

«Au moins cinq» Britanniques partent «chaque semaine» en Irak ou en Syrie pour rejoindre les rangs du groupe État islamique (EI) a affirmé mardi le chef de la police britannique, Bernard Hogan-Howe.

«Les avancées du groupe EI à travers l'Irak et la Syrie, qui se produisent de plus en plus rapidement, maintenant vers la Turquie, ne sont pas simplement des horreurs commises sur des terres lointaines», a déclaré le chef de la police.

«Nous savons que plus de 500 Britanniques ont fait le voyage pour participer au conflit. Nombre d'entre eux sont rentrés et beaucoup d'autres vont vouloir le faire dans les mois à venir et peut-être les années», a-t-il ajouté.

«Nous avons toujours une moyenne de cinq personnes qui les rejoignent chaque semaine. Cinq par semaine, ça peut paraître peu mais quand vous réalisez qu'il y a 50 semaines par an, 250 nouvelles recrues, c'est 50% de plus que le nombre de ceux que l'on estime s'être déjà rendus là-bas», a-t-il dit.

«Ces chiffres sont un minimum. Il peut y en avoir beaucoup d'autres qui ont voyagé vers un autre pays avant de rejoindre la Syrie et l'Irak d'une manière qu'il n'est pas toujours possible de repérer quand vous avez des États défaillants et des frontières perméables», a-t-il expliqué.

Bernard Hogan-Howe a également jugé que le retour dans les rues britanniques «d'individus ayant potentiellement une expérience militaire» «était un risque pour nos communautés».

En Syrie, les forces kurdes défendant la ville clé syrienne de Kobané attendaient des renforts mardi après avoir résisté à un nouvel assaut des jihadistes du groupe EI.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer