EI: les parents de l'otage américain plaident pour sa libération

Peter Kassig, un ancien combattant en Irak, est... (PHOTO REUTERS TV)

Agrandir

Peter Kassig, un ancien combattant en Irak, est apparu à la fin d'une vidéo du groupe EI publiée vendredi qui montrait la décapitation de l'humanitaire britannique, Alan Henning.

PHOTO REUTERS TV

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
WASHINGTON

Les parents de l'Américain Peter Kassig que le groupe État islamique a menacé de tuer dans une vidéo diffusée vendredi, implorent ses ravisseurs de le libérer dans une vidéo diffusée samedi.

«Nous implorons ceux qui le détiennent de faire preuve de compassion et d'user de leur pouvoir pour libérer notre fils», a déclaré Ed Kassig, son père dans cette vidéo de trois minutes postée sur YouTube.

Ed Kassig révèle dans cette vidéo que son fils avait disparu en Syrie le 1er octobre 2013. Il s'est converti à l'Islam après avoir développé un attachement profond pour les populations de la région déchirée par la guerre.

«Quand il a vu la souffrance du peuple syrien, il est allé en Turquie et a fondé une organisation d'aide», poursuit-il.

«Il est venu en aide et a aidé à former 150 civils pour qu'ils puissent prodiguer des soins médicaux aux personnes en Syrie», a ajouté Ed Kassig, précisant que son fils «donnait de la nourriture, des vêtements et des médicaments à ceux qui étaient dans le besoin.»

«Il a développé de l'affection et de l'admiration pour le peuple syrien et se sentait comme chez lui en Syrie et le parcours de notre fils a culminé en embrassant l'Islam», souligne-t-il.

Ed Kassig a dit avoir lancé un appel au gouvernement, mais qu'il n'avait aucun pouvoir pour influencer ses actions.

«Nous avons demandé à notre gouvernement de modifier ses actions, mais comme notre fils nous n'avons aucune influence...», insiste-t-il.

Peter Kassig, un ancien combattant en Irak, est apparu à la fin d'une vidéo du groupe EI publiée vendredi qui montrait la décapitation de l'humanitaire britannique, Alan Henning.

La mère de l'otage, Paula Kassig, portant un foulard sur la tête, a révélé qu'elle et son mari avaient eu des messages de leur fils en captivité après sa disparition en Syrie en octobre 2013.

«Sache que nous prions tous pour toi et pour son retour en toute sécurité et sache que nous t'aimons», a-t-elle dit à l'adresse de son fils.

Originaire de l'Indiana (nord-est), cet ancien ranger de l'armée américaine âgé de 25 ou 26 ans, a combattu en Irak. Il avait fondé l'organisation humanitaire «Special Emergency Response and Assistance» (SERA) en 2012 après avoir quitté l'Armée. SERA a indiqué sur son site internet avoir cessé temporairement ses opérations en Syrie pour des raisons de sécurité.

Alan Henning est le quatrième otage occidental exécuté par décapitation par l'EI en Syrie, après les deux journalistes américains, James Foley, dont la vidéo avait été diffusée le 19 août, Steven Sotloff (vidéo diffusée le 2 septembre) et le travailleur humanitaire David Haines (vidéo diffusée le 13 septembre).

Un Français, Hervé Gourdel, a également été décapité en Algérie selon le même mode opératoire (vidéo diffusée le 24 septembre) par des djihadistes se réclamant du groupe EI.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer