La femme d'un otage britannique supplie l'EI de le libérer

Alan Henning a été enlevé il y a... (Photo AFP)

Agrandir

Alan Henning a été enlevé il y a 10 mois par l'organisation EI.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
LONDRES

La femme d'un chauffeur de taxi britannique pris en otage par les jihadistes du groupe État islamique (EI) a samedi imploré ses ravisseurs de le relâcher, assurant qu'elle ne voyait pas comment sa mort pourrait servir une quelconque cause.

Alan Henning, un Britannique qui s'était porté volontaire pour conduire un convoi d'aide humanitaire pour le compte d'une ONG musulmane, a été enlevé il y a 10 mois par l'organisation EI. Celle-ci l'a menacé de mort dans une vidéo diffusée la semaine dernière.

Dans un communiqué publié par le ministère britannique des Affaires étrangères, Barbara Henning a prié les ravisseurs de «sonder leur coeur pour relâcher (son) mari», étant donné les circonstances de la présence de celui-ci en Syrie.

Père de deux adolescents vivant à Manchester, Alan Henning, 47 ans, apparaissait dans la vidéo du groupe EI diffusée il y a une semaine au cours de laquelle le travailleur humanitaire britannique David Haines était décapité.

«Alan est un homme pacifique, altruiste qui a quitté sa famille et son travail de chauffeur de taxi au Royaume-Uni pour conduire un convoi jusqu'en Syrie avec ses collègues et amis musulmans, afin d'aider ceux dans le besoin», a déclaré sa femme.

«Au moment de son enlèvement, il conduisait une ambulance remplie de nourriture et d'eau à livrer à quiconque se trouvait dans le besoin. (...) C'était un acte de pure compassion», a assuré Mme Henning.

«Je ne vois pas en quoi cela pourrait aider la cause d'un État de voir un homme comme Alan mourir», a-t-elle plaidé.

«Quand ils entendront ce message, j'implore les membres de l'État islamique de sonder leur coeur pour relâcher mon mari», a-t-elle ajouté.

La décapitation de David Haines était la troisième d'un Occidental en un mois, après celle de deux journalistes américains également enlevés en Syrie, James Foley et Steven Sotloff.

L'organisation EI a ensuite menacé d'exécuter Alan Henning dans une vidéo intitulée «Un message aux alliés de l'Amérique». Le bourreau, visage dissimulé, s'adressait à M. Cameron et reprochait au Royaume-Uni d'avoir rejoint les États-Unis dans leur combat contre l'EI.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer