Irak: le Pentagone ne compte pas étendre ses frappes

Depuis que le président Barack Obama les y... (PHOTO FOURNIE PAR L'US NAVY)

Agrandir

Depuis que le président Barack Obama les y a autorisés jeudi, les chasseurs et drones américains ont effectué 15 frappes aériennes contre les insurgés de l'État islamique.

PHOTO FOURNIE PAR L'US NAVY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'État islamique

International

L'État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Le Pentagone a assuré lundi qu'il ne comptait pas étendre ses frappes aériennes hors de la région du nord de l'Irak où ses forces aériennes visent les combattants de l'État islamique.

Depuis que le président Barack Obama a donné son autorisation jeudi, les chasseurs et drones américains «ont effectué 15 frappes aériennes» contre les insurgés de l'État islamique (EI), a déclaré le général William Mayville, un haut responsable du département américain de la Défense, lors d'une conférence de presse.

«Nous n'avons pas projet d'étendre la campagne actuelle au-delà des opérations de défense actuelles», a-t-il dit.

Il a estimé entre 50 et 60 le nombre de missions effectuées chaque jour par les appareils américains au-dessus du nord de l'Irak, en additionnant les missions humanitaires et les frappes aériennes.

Dans un communiqué le Centcom, le commandement militaire américain qui couvre le Moyen-Orient et l'Asie centrale, a précisé que les avions américains avaient ciblé lundi quatre postes de contrôles de l'EI --détruisant trois d'entre eux-- et plusieurs véhicules près de Sinjar (nord), pour «défendre des civils yazidis réfugiés dans la région».

L'armée américaine affirme avoir détruit lundi un véhicule blindé de l'EI, trois camions et un véhicule de transport américain de type Humvee --probablement saisi par les jihadistes aux soldats irakiens lors de leur avancée dans le Nord.

«Les frappes ont contribué à freiner l'avance des forces de l'État islamique autour de Sinjar et dans l'ouest d'Erbil», la capitale du Kurdistan irakien, a expliqué le général Mayville, soulignant qu'il s'agissait en premier lieu de défendre le personnel diplomatique américain en poste à Erbil.

Les frappes aériennes sont accompagnées de largages humanitaires destinés aux dizaines de milliers de chrétiens et Yazidis pourchassés par les insurgés sunnites. Le Pentagone et les forces britanniques ont ainsi parachuté environ 60 000 litres d'eau et 75 000 repas aux réfugiés, selon le haut gradé américain.

«Pour l'instant, notre objectif est de fournir une aide immédiate à ceux qui souffrent», a expliqué le général Mayville.




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer