Procès Zimmerman: une amie de Trayvon Martin raconte leur dernier entretien

L'amie de Trayvon Martin, Rachel Jeantel, 19 ans.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

L'amie de Trayvon Martin, Rachel Jeantel, 19 ans.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Trayvon Martin

International

L'affaire Trayvon Martin

Le meurtre du jeune Noir Trayvon Martin, tué par balle par un patrouilleur-citoyen en Floride, a suscité un intense débat aux États-Unis. Le tireur George Zimmerman, plaidant la légitime défense, a dans un premier temps échappé à toute accusation avant que l'indignation de la population, les multiples manifestations et l'attention médiatique soulevée par l'affaire ne poussent la justice américaine à accuser Zimmerman de meurtre non prémédité. »

Agence France-Presse

Une amie de Trayvon Martin, abattu alors qu'il n'était pas armé par George Zimmerman en 2012 en Floride, a raconté lors du procès que l'adolescent noir l'avait appelée avant sa mort, lui disant être suivi par un «mec blanc louche».

Rachel Jeantel, 19 ans, originaire de Miami dans le sud de la Floride, avait voyagé près de 400 km pour témoigner mercredi et jeudi devant le tribunal de Sanford, ville du centre de l'État où a eu lieu le meurtre de Trayvon Martin le soir du 26 février 2012.

La jeune femme noire est considérée comme un témoin à charge clé, étant la dernière personne à avoir parlé par téléphone au jeune Trayvon Martin juste avant sa mort. Ce dernier, apparemment en train de marcher rapidement, lui aurait alors expliqué être suivi par un individu suspect.

«Il y a un mec blanc louche qui me suit», aurait dit Martin à son amie, selon Rachel Jeantel, qui a ajouté devant le tribunal d'autres mots péjoratifs utilisés par l'adolescent pour décrire les blancs des classes défavorisées dans le sud du pays.

Elle a précisé avoir entendu Martin lancer à quelqu'un: «Pourquoi vous me suivez?», et un homme «respirant fort» répondre: «Qu'est-ce que vous faites là?», puis des bruits d'agitation et le jeune Noir crier à nouveau: «Allez vous-en, allez vous-en».

L'appel aurait ensuite été interrompu, toujours selon Jeantel, qui assure n'avoir plus entendu parler de son ami jusqu'à ce qu'elle apprenne sa mort deux jours plus tard.

Mais l'avocat de l'accusé George Zimmerman, Don West, a tenté de soulever des incohérences dans son témoignage en mettant en avant le fait que les détails avancés différaient d'une précédente déposition.

Ce procès, qui s'est ouvert lundi et devrait s'étaler sur plus d'un mois, est particulièrement suivi, sur fond de débat sur la violence liée au droit inaliénable à posséder des armes à feu et réveillant le vieux démon du racisme dans la société américaine.

D'origine hispanique, Zimmerman, 29 ans, qui faisait une ronde de surveillance volontaire dans son quartier au moment des faits, nie avoir agi sous l'influence de préjugés racistes comme cela a été évoqué. Il invoque la légitime défense.

Quand il a été tué, Trayvon Martin, adolescent noir de 17 ans, ne portait pas d'arme. Zimmerman est poursuivi pour meurtre sans préméditation et encourt la prison à perpétuité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1607523:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer