Pistorius avait présenté Reeva Steenkamp comme sa fiancée

Oscar Pistorius... (Photo Mike Hutchings, Reuters)

Agrandir

Oscar Pistorius

Photo Mike Hutchings, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

L'affaire Pistorius
L'affaire Pistorius

Accusé du meurtre prémédité de sa petite amie Reeva Steenkamp lors de la nuit de la Saint-Valentin 2013, Oscar «Blade Runner» Pistorius, champion paralympique sud-africain, soutient qu'il a tué sa copine accidentellement, croyant tirer sur un cambrioleur réfugié dans la salle de bain. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Pretoria

Oscar Pistorius, jugé pour avoir tué sa petite amie Reeva Steenkamp en février 2013, avait présenté sa victime à son entourage comme sa «fiancée» une semaine avant le drame, a témoigné mardi un voisin, au 27e jour d'audience du procès.

Selon Michael Nhlengethwa, qui s'est présenté comme «le plus proche voisin» du champion paralympique, ce dernier lui avait dit: «Je vous présente ma fiancée, Reeva.»

Le témoin a ensuite raconté ce qu'il a entendu et vu la nuit du meurtre de Reeva, abattue de quatre balles tirées à travers la porte des toilettes où elle se trouvait.

«Un homme pleurait très fort», a-t-il dit. «Il pleurait comme on pleure quand on est en danger, quand on a besoin d'aide.»

L'avocat de la défense Barry Roux lui a ensuite demandé si la voix de Pistorius à cet instant était très aiguë. Le détail est d'importance, car d'autres voisins affirment avoir entendu des appels à l'aide d'une femme, alors que la défense soutient qu'il s'agissait de Pistorius, dont la voix se serait brisée sous le coup de l'émotion.

«C'était une voix très aiguë», a répondu M. Nhlengethwa, qui a par ailleurs affirmé n'avoir pas entendu les coups de feu tirés par l'accusé.

Oscar Pistorius, accablé et en sanglots, se tenait la tête entre les mains pendant tout le témoignage de son voisin.

L'avocat Barry Roux a par ailleurs affirmé à la juge qu'il pensait en terminer mardi prochain avec l'audition de ses témoins.

Le procès, ouvert le 4 mars pour trois semaines, a depuis été prolongé et interrompu à plusieurs reprises. Il devait de nouveau faire relâche mercredi, jour chômé en raison des élections en Afrique du Sud.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer