DSK verserait 6 millions à Nafissatou Diallo

Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo.... (Photo: AFP)

Agrandir

Dominique Strauss-Kahn et Nafissatou Diallo.

Photo: AFP

Partager

Dossiers >

L'affaire DSK
L'affaire DSK

Retrouvez toutes les informations concernant l'arrestation du patron du FMI, Dominique Strauss-Kahn, et ses implications sur les scènes politique et économique dans le monde. »

Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
New York

Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont affirmé vendredi qu'il n'y avait pas encore d'accord dans la procédure civile opposant, à New York, l'ancien chef du FMI et Nafissatou Diallo, mais ils ont reconnu que des discussions avaient eu lieu en ce sens.

Dans un communiqué, ils ont également déclaré que les informations selon lesquelles l'ancien patron du FMI avait accepté de payer six millions de dollars pour mettre un terme à la procédure civile lancée par la femme de chambre qui l'accuse d'agression sexuelle, étaient «complètement fausses».

> Réagissez sur le blogue de Richard Hétu

«Les informations de presse selon lesquelles Dominique Strauss-Kahn a accepté de payer six millions de dollars pour mettre un terme à la procédure civile sont complètement fausses. Les parties ont discuté d'un règlement, mais il n'y a pas eu d'accord. M. Strauss-Kahn continuera à se défendre contre les charges si un règlement ne peut être atteint», ajoute ce communiqué signé des avocats William Taylor et Amit Mehta.

Le New York Times avait annoncé jeudi que les deux parties étaient «tranquillement parvenues à un accord», tout en précisant que cet accord n'était pas encore signé.

Le Monde.fr a pour sa part affirmé que DSK était «prêt à verser 6 millions de dollars à Nafissatou Diallo».

Les trois conseils français de M. Strauss-Kahn ont cependant «démenti, vigoureusement les informations fantaisistes et erronées dont le journal Le Monde fait état».

Le juge Douglas McKeon, chargé du dossier au tribunal du Bronx, s'est refusé à tout commentaire sur cet éventuel accord. Mais il a indiqué à l'AFP qu'une rencontre pourrait avoir lieu «dès la semaine prochaine» au tribunal.

Vendredi, aucune audience n'était encore officiellement programmée.

Les règlements à l'amiable dans les procédures civiles - qui visent aux Etats-Unis à obtenir des dommages et intérêts - y sont monnaie courante.

Les montants négociés peuvent parfois atteindre des millions de dollars.

Mme Diallo, 33 ans, avait porté plainte au civil contre DSK le 8 août 2011. Elle l'accuse de l'avoir contrainte à une fellation dans sa suite du Sofitel le 14 mai 2011 à New York.

Cette procédure était indépendante de la procédure pénale contre l'ancien patron du FMI, abandonnée le 23 août 2011, le procureur ayant des doutes sur la crédibilité de Mme Diallo en raison de mensonges sur certains aspects de sa vie.

M. Strauss-Kahn, 63 ans, a reconnu une brève relation sexuelle «inappropriée» avec la femme de chambre guinéenne qu'il ne connaissait pas, parlant de «faute morale». Mais il a démenti toute violence ou contrainte.

En mai dernier, le juge McKeon avait refusé de classer l'affaire, comme le demandaient les avocats de DSK selon lesquels il bénéficiait d'une immunité totale et ne pouvait pas être poursuivi au civil.

Le juge, qui préside un tribunal croulant sous les dossiers - 27 000 pour 27 ou 28 juges - est un grand adepte des accords négociés qui évitent un procès. Dans son tribunal, 90 % des plaintes au civil se terminent ainsi.

Si l'accord est signé, l'ancien patron du FMI en aura fini avec 18 mois d'une incroyable saga judiciaire new-yorkaise, qui l'avait contraint à démissionner du FMI le 18 mai 2011 et avait mis fin à ses ambitions présidentielles en France.

Il s'est depuis séparé de sa femme, la journaliste Anne Sinclair, au printemps dernier.

Toujours salariée du Sofitel de New York, Mme Diallo, qui élève seule une adolescente, est depuis cette affaire en congé maladie, selon le groupe Accor, propriétaire de l'hôtel.

S'il réussit à fermer son dossier judiciaire américain, DSK reste mis en examen en France, dans le cadre de l'affaire dite du Carlton qui porte sur l'organisation de soirées libertines avec des prostituées à Lille.

Ses défenseurs ont demandé la nullité de la totalité de la procédure. La justice française doit se prononcer le 19 décembre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer